Aérien: L'Europe veut limiter les compensations des passagers

Avec Reuters

— 

La Commission européenne, soucieuse d'éviter aux compagnies aériennes des frais élevés, propose que les passagers bloqués dans un aéroport ne puissent pas exiger plus de trois nuits d'hébergement en attendant de poursuivre leur voyage. La proposition vise à anticiper des situations exceptionnelles comme l'éruption en Islande du volcan Eyjafjallajokul en avril dernier, qui avait paralysé le trafic aérien pendant six jours, bloqué des millions de passagers et coûté 1,7 milliard de dollars aux compagnies aériennes.

Une association européenne de défense des consommateurs se déclare déçue

«Suivant les règlements actuels, les compagnies aériennes doivent fournir des rafraîchissements, des repas et un logement pour une période indéfinie, ce qui peut potentiellement menacer leur survie financière», estime la Commission. L'an passé, la Cour européenne de justice (CEJ) avait jugé que les usagers étaient recevables à demander une indemnisation pour des retards de trois heures et plus, sauf si les circonstances outrepassaient la compétence du transporteur.

Une association européenne de défense des consommateurs s'est déclarée déçue par le projet de la Commission de limiter le nombre de nuits à la charge des transporteurs. Les compagnies aériennes craignent, elles, qu'un jugement de la CEJ rendu en janvier et instaurant la responsabilité du transporteur même en cas de circonstances exceptionnelles ne conduise à des compensations croissantes et à une hausse des tarifs.