Réseaux mobiles: Free ne doit pas se comporter en «passager clandestin»

TELECOMS Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et la ministre déléguée à l'Economie numérique et à l'Innovation Fleur Pellerin ont signé mercredi une tribune sur le secteur télécoms dans «Le Figaro»...

C.P. avec AFP

— 

Les quatre opérateurs télécoms doivent tous "prendre part à l'effort" pour déployer les réseaux mobiles sur le territoire et aucun ne doit se comporter "en passager clandestin", indiquent mercredi les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, en allusion très claire à Free.
Les quatre opérateurs télécoms doivent tous "prendre part à l'effort" pour déployer les réseaux mobiles sur le territoire et aucun ne doit se comporter "en passager clandestin", indiquent mercredi les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, en allusion très claire à Free. — Eric Piermont afp.com

Free n'est pas nommé mais l'allusion au quatrième opérateur mobile est limpide. «Le déploiement des réseaux sur le territoire français «ne sera possible qu'à deux conditions : d'une part, les opérateurs doivent pouvoir partager certains investissements, dont le poids, porté seul, serait trop lourd dans un marché à quatre», indiquent mercredi les ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin dans leur tribune.

«D'autre part, il ne peut y avoir de passager clandestin et chacun doit prendre part à l'effort, y compris Free, qui doit progressivement se passer d'Orange et s'affirmer comme un opérateur crédible et durable en investissant à son tour pour déployer son propre réseau», soulignent les deux ministres.

La fin de l'itinérance à partir de 2018

Ils rappellent que l'Autorité de la concurrence a «confirmé ces deux conditions dans un avis très éclairant» lundi.

L'Autorité, saisie par le gouvernement, a préconisé un encadrement strict de l'accord qui permet à Free Mobile d'utiliser le réseau d'Orange, pour éviter tout dérapage concurrentiel et s'assurer que le quatrième opérateur respecte bien ses obligations.

>> Free devra se passer du réseau d'Orange à compter de 2018

Free Mobile, arrivé avec fracas sur le marché mobile en janvier 2012 et qui a ravi en un an 5,2 millions de clients soit près de 8% du marché, «loue» le réseau de l'opérateur historique le temps de développer ses propres infrastructures.

«L'utilisation par Free du réseau d'Orange, à travers l'accord dit "d'itinérance" entre ces opérateurs n'a fait l'objet d'aucune évaluation et d'aucun encadrement alors que cet accord a structuré le marché depuis un an», déplorent les deux ministres.

Ils déplorent en outre que l'arrivée du quatrième opérateur, «décidée par le gouvernement précédent, n'a été précédée d'aucune étude d'impact sur l'emploi dans le secteur».

«L'utilisation par Free du réseau d'Orange, à travers l'accord dit "d'itinérance" entre ces opérateurs n'a fait l'objet d'aucune évaluation et d'aucun encadrement alors que cet accord a structuré le marché depuis un an».

ateur