La Bourse de Paris attendue stable

avec AFP

— 

La Bourse de Paris a terminé en timide hausse lundi, les investisseurs ayant du mal à interpréter les premiers sondages "sortie des urnes" en Italie et s'inquiétant d'une éventuelle victoire de la droite de Silvio Berlusconi au Sénat.
La Bourse de Paris a terminé en timide hausse lundi, les investisseurs ayant du mal à interpréter les premiers sondages "sortie des urnes" en Italie et s'inquiétant d'une éventuelle victoire de la droite de Silvio Berlusconi au Sénat. — Eric Piermont AFP

La Bourse de Paris est attendue stable mercredi dans un marché qui s'annonce sans grande actualité et devrait rester prudent se contentant de consolider ses positions.

Une quarantaine de minutes avant l'ouverture, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 évoluait autour de l'équilibre (+0,01%). La Bourse de New York a fini sans direction mardi et ce matin le Nikkei à Tokyo a terminé en baisse de 0,61%.

Deux sujets sont actuellement au centre des préoccupations des investisseurs, l'Italie toujours privée de majorité parlementaire et les Etats-Unis où commencent les discussions budgétaires.

Les républicains ont publié un budget visant une réduction spectaculaire du déficit américain sur dix ans, document rejeté par le président Barack Obama qui a entamé des consultations avec les élus lors d'un déplacement au Capitole.

Ces discussions budgétaires risquent d'être animées et de créer de la volatilité sur les marchés financiers.

L'Italie est également un sujet sensible, représentant un risque potentiel de déstabilisation en zone euro. Cette crainte est toutefois bien moindre qu'après les élections législatives et les investisseurs espèrent des compromis avant la réunion du nouveau Parlement le 14 mars.

Les taux italiens restent contenus et l'adjudiction italienne à court terme a été bien accueillie mardi. Aujourd'hui une émission obligataire à moyen et long terme sera lancée par l'Italie, la première depuis que l'agence Fitch a dégradé la note de ce pays d'un cran.

Les économistes du Crédit Agricole font remarquer dans leur note quotidienne que l'indice de volatilité le Vix, censé mesurer le stress des investisseurs, évolue à des niveaux très bas, témoignant de la confiance des marchés.

Sur le plan des chiffres macroéconomiques, on attend la production industrielle en janvier dans la zone euro et venant des Etats-Unis l'important chiffre sur les ventes de détail sur le mois de février. Seront également publiés venant d'outre-Atlantique, les prix à l'importation sur février et les stocks et ventes des entreprises en janvier.