Neige: La facture pourrait s'élever à 1,2 milliard d'euros

CLIMAT L'économie patine aussi...

Claire Planchard

— 

De fortes neiges paralysent la métropole lilloise.
De fortes neiges paralysent la métropole lilloise. — M.LIBERT/20 MINUTES/SIPA

Rendez-vous et contrat manqué pour cause de train ou d’avion annulé, chantiers paralysés, camions immobilisés, magasins désertés: cet épisode neigeux tardif plombe le moral, mais aussi l’économie.  «On pense à tort que l’agriculture et le tourisme sont les plus vulnérables mais les aléas météo affectent en réalité le volume d'activité de deux entreprises sur trois», souligne Jean-Louis Bertrand , professeur de finances à l’ESSCA, directeur du développement de Meteo Protect, et auteur de La gestion du risque météo en entreprise (Revue Banque, 2011). Si cet épisode neigeux devait durer jusqu’à jeudi comme cela est prévu, la facture pourrait ainsi atteindre de 600 à 1.200 millions d’euros selon ses estimations.

Transports et distribution en première ligne

Premières victimes: les transports. Les trois épisodes neigeux de l’hiver 2010-2011 avaient déjà coûté plus de 150 millions d’euros à la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) et 70 millions d’euros pour Air France–KLM. La restauration et la distribution sont aussi en première ligne. «Il y a un impact sur la fréquentation qui touche surtout les centres commerciaux à la périphérie des villes mais aussi sur la façon de consommer: pour certains produits alimentaires il y a un simple report des ventes, mais pour les achats d’impulsion ou la restauration ce sont des ventes perdues», analyse Jerôme Soares, responsable marketing de Climpact-Metnext, spécialiste d e la business intelligence climatique. Un effet amplifié en cette sortie d’hiver où vêtements légers et recettes printanières ont refait leur apparition dans les vitrines et sur les cartes. Maigre consolation: les routes devraient être à nouveau dégagées ce week-end, ce qui devrait limiter de moitié le manque à gagner pour les hypermarchés.

>> Intempéries : quel impact pour l’économie?