Le fonds souverain du Qatar voudrait nommer Sarkozy à la tête d'un fonds de 500 millions d'euros

NOMINATION Un poste que l’ancien président de la République devrait refuser...

B. de V.

— 

Nicolas Sarkozy, le 26 novembre 2012
Nicolas Sarkozy, le 26 novembre 2012 — Benoit Tessier/Reuters

Nicolas Sarkozy va-t-il prendre la direction d’un fonds d’investissement soutenu par le Qatar à hauteur de 500 millions? Le fonds souverain du Qatar, pays avec lequel l’ancien président français a des relations privilégiées, l’aurait contacté pour lui proposer la tête d’un fonds d’investissement fort de 500 millions d’euros afin d’investir dans des entreprises des marchés émergents comme le Brésil ou encore en Espagne ou au Maroc, selon le Financial Times.

Ce n’est pas la première sollicitation dont Nicolas Sarkozy fait l’objet. Notamment par le Qatar, où l'ancien chef d'Etat avait donné une conférence en décembre dernier.

La politique ou le business, un choix, pas deux

Nicolas Sarkozy aurait un rôle non-exécutif, proche des investisseurs et de la concrétisation des transactions, faisant jouer ses relations, mais n’investissant pas dans le fonds directement. Le fonds serait basé à Paris.

Sarkozy aurait demandé conseil auprès de ses conseillers proches, envisageant notamment un possible retour en politique. Ces derniers lui auraient recommandé de ne pas se lancer dans ce type de business qui réduiraient ses chances politiques à néant. «Ce qui est possible aux Etats-Unis ou outre-manche ne l’est pas en France», précise un proche de Nicolas Sarkozy.