Sourires de façade entre GM et Renault

©2006 20 minutes

— 

Pas de clash devant les caméras. Les dirigeants de General Motors et de Renault-Nissan, réunis mercredi à Paris en vue de l'éventuel mariage des deux groupes, ont fait état de « progrès » dans les discussions. Mais les sourires sont crispés. Les négociations bloquent notamment sur l'évaluation des économies qu'apporterait le mariage. Ambigu, Rick Wagoner, PDG de GM, précise que le « redressement » de son groupe n'est pas « fondé » sur ce possible rapprochement. En réalité, GM négocie sous la pression de son premier actionnaire privé, Kirk Kerkorian. Convaincu par ce mariage, il a annoncé hier qu'il comptait augmenter sa participation dans le capital du groupe de 10 % à 12 %.