La pression monte dans le cockpit d'EADS

©2006 20 minutes

— 

Une journée cruciale pour Airbus. C'est aujourd'hui que doit se tenir le conseil d'administration d'EADS (la maison mère d'Airbus). Christian Streiff, PDG de l'avionneur européen, devrait y présenter les conclusions de son audit sur l'avancement des différents programmes en cours. Son rapport doit faire la lumière sur les retards de livraison de l'A380, leur impact financier et les remèdes à apporter. L'A350 et l'avion militaire A400M connaissent aussi des retards. Airbus pourrait prolonger le gel des embauches décrété début septembre, et ne pas renouveler les contrats d'intérim arrivant à expiration.

Dès hier, Louis Gallois, coprésident d'EADS, a annoncé aux syndicats l'imminence d'un « plan de réorganisation » pour Airbus. Le temps presse pour EADS, et les clients se montrent peu patients. Air France, qui a commandé dix exemplaires de l'A380, attend « des informations précises de la part d'Airbus avant la fin septembre ». La compagnie aérienne s'attend à un nouveau retard de six mois. Singapore Airlines (SIA) a aussi exigé des informations. Dans une note publiée mercredi, la banque Goldman Sachs estime que l'ensemble des problèmes rencontrés par Airbus coûteront à l'avionneur 4,3 milliards d'euros entre 2007 et 2010.

Edouard Lederer

Quelque 686 emplois sur 1 050 salariés de la Sogerma (filiale d'EADS) seront conservés sur le site de Mérignac (Gironde), dont 515 repris par le groupe TAT.