Un prince saoudien accuse «Forbes» d'avoir mal calculé sa fortune

Avec agences

— 

L'arme du crime: une différence de 9 milliards de dollars. Le Financial Times révèle que le prince saoudien Al-Walid ben Talal vient de décider de rompre avec le magazine américain Forbes, qui publie les plus grosses fortunes mondiales chaque année, l'accusant d'avoir sous-évalué sa fortune.

Le magazine l'a en effet crédité d'une fortune de 20 milliards en 2012, le plaçant à une modeste 26ème place. Le prince se targue d'avoir 29,6 milliards dans ses caisses, lui permettant d'accéder au top ten des plus riches dans le monde. Il passerait alors devant Bernard Arnault (29 milliards de dollars, 10ème).

>> Retrouvez notre diapo du top 10 des fortunes