Immobilier: Vers la fin de la baisse des taux?

ECONOMIE 30% des banques ont remonté leurs taux selon le courtier Meilleurtaux.com...

Mathieu Bruckmüller

— 

Des annonces immobilières dans la vitrine d'une agence à Bordeaux.
Des annonces immobilières dans la vitrine d'une agence à Bordeaux. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Est-ce «la fin de la baisse?», s’interroge le courtier Meilleurtaux ce mardi. Alors que ce mois-ci, 30% des banques ont remonté leur taux immobilier, de l'ordre de 0,06 % en moyenne, «le mouvement de baisse généralisée des taux semble toucher à sa fin».

«On notera qu’il s’agit là de la première hausse des taux constatée sur les barèmes depuis un an. Une tendance qui tend à confirmer que le mouvement de baisse des taux semble avoir atteint son terme», abonde Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct.

En mars, seuls 10 % des nouveaux barèmes reçus par l’intermédiaire Meilleurtaux affichent des baisses de taux sur toutes les durées et 20 % uniquement pour certains profils ou certaines durées. Malgré tout, 40 % des grilles restent inchangées, nuance le courtier.

On peut ainsi emprunter en moyenne à 3,07 % sur 15 ans, 3,4 % sur 20 ans, 3,75 % sur 25 ans et 4,27 % sur 30 ans.

Faire jouer la concurrence

«Chaque année en mars, mois traditionnellement propice à l'achat immobilier, les banques proposent des taux en baisse. Si en 2013 plusieurs d'entre elles remontent légèrement leurs taux après avoir consenti d'importantes baisses ces 12 derniers mois, les taux restent globalement stables ce mois-ci mais les écarts se creusent d'une banque à l'autre. Que l'on veuille actuellement acheter ou renégocier, il faut faire jouer la concurrence», conseille Hervé Hatt, directeur général de meilleurtaux.com.

Malgré tout, pour ceux qui ont les moyens d’acheter, la période pourrait rester encore propice dans les mois à venir. «Les taux sont actuellement au plus bas et si nous n'anticipons pas de remontée massive et brutale des taux à court terme, il ne devrait pas non plus y avoir de baisses sensibles. Pour ceux qui ont un projet immobilier il y a donc une opportunité à saisir...», explique Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com.

Pas sûr que cela soit suffisant pour doper un marché grippé avec des pris toujours très hauts. Selon le quatrième baromètre Explorimmo/Ifop dévoilé le 20 février, les intentions d’achat des Français au plus bas depuis 18 mois avec 73% d’entre eux n’ayant pas la possibilité de réaliser un projet immobilier.

La carte de la prudence

 «Pour ceux qui souhaitent investir, les restrictions de budgets les poussent à réaliser des projets moins ambitieux, en optant par exemple pour un appartement plutôt qu’une maison. Sceptiques quant aux mesures politiques proposées jusqu’à présent, les Français jouent actuellement la carte de la prudence malgré une situation qu’ils  jugent plus positive», analyse  Guillaume Teilhard de Chardin, directeur d’Explorimmo.