75% de Français pensent au Livret A pour placer leurs économies

ECONOMIE 53% des Français ont l'intention d'épargner au cours des six prochains mois...

Avec agences

— 

Un Livret A.
Un Livret A. — APESTEGUY/SIPA

Quelque 75% des Français qui ont l'intention de mettre de l'argent de côté lors des six prochains mois vont en placer tout ou partie sur le livret A, selon une enquête réalisée par l'institut Ipsos pour la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA).

Bien qu'ayant connu une passe difficile entre août 2011 et septembre 2012, l'assurance-vie arrive en deuxième position, citée par 42% des Français qui ont l'intention d'épargner. Les assureurs français ont enregistré en janvier un net rebond de la collecte en assurance-vie après une année 2012 marquée par des flux négatifs, a indiqué lundi la FFSA. La collecte nette est ressortie à 3,8 milliards d'euros contre une décollecte de 1,1 milliard d'euros un an plus tôt.

Peu d'intérêt pour les actions et l'or

Selon le sondage Ipsos, le livret de développement durable arrive en troisième place (40%) suivi par le plan épargne logement (PEL, 40%) et l'épargne retraite (30%). Seuls 10% des Français qui prévoient de mettre de l'argent de côté ont l'intention d'acheter des actions et 3% de l'or. Au total, 53% des Français ont l'intention d'épargner au cours des six prochains mois.

Pour près de trois-quarts des Français (74%), la priorité, lorsque l'on possède de l'épargne est de la sécuriser en ne prenant pas de risque. En matière de fiscalité de l'épargne, 92% des Français estiment qu'il ne serait pas opportun de taxer davantage l'assurance-vie. Parmi les détenteurs d'un contrat d'assurance-vie, 62% affirment qu'un allourdissement de la fiscalité aurait un impact négatif sur leur comportement vis-à-vis de ce placement, soit parce qu'ils ne l'abonderaient plus ou plus autant (42%), soit parce qu'ils retireraient tout ou partie de l'argent placé (20%).

Par ailleurs, concernant le contenu des placements, seuls 20% des détenteurs de contrat d'assurance-vie estiment qu'un allègement de la fiscalité des contrats comportant des actions renforcerait leur intérêt pour ces produits. Le gouvernement a plusieurs fois affirmé qu'il ne modifierait pas la fiscalité de l'assurance-vie, ce avant même la publication du rapport sur l'épargne commandé aux députés socialistes Karine Berger et Dominique Lefebvre.

Méthodologie:

Le sondage a été réalisé les 4 et 5 janvier auprès d'un échantillon de 956 personnes représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.