Thibaut Lanxade, candidat à la présidence du Medef: «Il est temps que Laurence Parisot parte se reposer»

PATRONAT La candidature de Laurence Parisot, qui ne sera possible que si les statuts du Medef limitant la présidence du syndicat à deux mandats sont changés d’ici juin, était un secret mal gardé. Le candidat à la présidence du Medef Thibaut Lanxade réagit en exclusivité pour «20 Minutes» à cette annonce...

Propos recueillis par Bertrand de Volontat

— 

Thibaut Lanxade, ex-candidat à la présidence du Medef.
Thibaut Lanxade, ex-candidat à la présidence du Medef. — DR

L’annonce de candidature de Laurence Parisot à sa propre succession à la tête du Medef ce vendredi en surprend certains. Thibault Lanxade, entrepreneur français et président-fondateur en 2008 d’Aqoba, un établissement de paiement, a annoncé le 13 février 2013 sa candidature à la présidence du Medef. Il réagit en exclusivité pour 20 Minutes à l’annonce de candidature de Laurence Parisot.

Etes-vous surpris par cette annonce de candidature?

Je suis surpris par le timing et la méthode. Le comité statutaire du Medef qui doit rendre sa décision sur l’autorisation de cumul d’un troisième mandat n’a pas encore été rendu. Est-ce un moyen de pression? Toujours est-il que je ne suis pas favorable au changement de statuts d’une organisation démocratique à la veille d’une élection. J’ai rencontré les présidents des Medef territoriaux ainsi que de grandes fédérations et ils ne sont pas favorables à la réélection de Laurence Parisot.

Condamnez-vous le ton de Laurence Parisot qui reprend les expressions «attaques» ou «putschistes» pour se défendre?

Cette atmosphère de querelle sur l’investiture nous empêche de réfléchir et de débattre sur les vrais sujets: le temps de travail, l’allégement des charges, etc. Le Medef n’est pas un parti politique, il n’y a pas de discorde ni de guerre des chefs. C’est pour cela aussi que j’utilise un certain décalage et l’humour dans mon approche du départ de Laurence Parisot avec mon offre de kit d’orientation nautique sur Leetchi, synonyme de départ en vacances. Il y a donc une cagnotte en ligne et chaque entrepreneur est appelé à cotiser à hauteur d’un euro. C’est une boutade qui n’enlève rien au sérieux de mon action.

Pourquoi une réélection serait-elle mauvaise pour le Medef?

La parole s’use avec le temps. Il faut savoir réoxygéner le discours. Je ne m’inscris pas dans une comparaison ni en contradiction avec Laurence Parisot, dont le bilan est bon et qui a traversé des périodes difficiles. Même les syndicats se renouvellent. Il y a quatre candidats sérieux déclarés, cela me semblerait logique et pas putschiste que Laurence Parisot parte se reposer.