Bricorama n’est pas près de rouvrir le dimanche

TRAVAIL Contrairement aux affirmations des dirigeants de l’enseigne de bricolage, les magasins franciliens condamnés à rester portes closes le dimanche, n’ont pas reçu la permission de rouvrir...

Bertrand de Volontat (avec AFP)

— 

Le magasin bricorama de l'avenue Bolivar à Paris, le 13 décembre 2012.
Le magasin bricorama de l'avenue Bolivar à Paris, le 13 décembre 2012. — VINCENT WARTNER/20MINUTES

Le président de Bricorama, agacé d’être le perdant de l’affaire a vendu une première victoire en réalité loin d’être acquise. Devant des journalistes, Jean-Claude Bourrelier avait annoncé, ce mercredi, que quatre de ses enseignes de bricolage situées dans le Val-de-Marne (Villiers-sur-Marne, Thiais, Ivry et Fontenay-sous-Bois), et un dans les Yvelines allaient pouvoir rouvrir «prochainement» après avoir été classées par décision préfectorale en PUCE (périmètre d'usage de consommation exceptionnel), une faculté offerte par la loi d'août 2009 sur le travail dominical.

La préfecture du Val-de-Marne a démenti le classement en PUCE, permettant d'ouvrir le dimanche, de quatre zones où sont implantés des magasins Bricorama, contredisant les propos du PDG de l'enseigne.

Bricorama s’est un peu avancé

«Il n'y a pas eu de demande en ce sens, a précisé le préfet du Val-de-Marne, Thierry Leleu. Je confirme que quatre dossiers de demande d'ouverture dérogatoire exceptionnelle de Bricorama sont à l'instruction», a-t-il cependant ajouté. Comment dès lors expliquer ce coup de communication de celui qui demande une régularisation de la situation hexagonale du travail dominical, notamment par rapport à ses concurrents Leroy-Merlin et Castorama qui restent ouverts le septième jour de la semaine?

Contacté par l'AFP, Bricorama a reconnu jeudi s'être avancé un peu vite mercredi. «Nous avons bien reçu une confirmation d'intention de la part du préfet de donner son autorisation, et non pas une confirmation de l'autorisation de rouvrir», a indiqué un porte-parole de l'enseigne.

Le groupe espère toutefois que le préfet reconnaîtra la «situation de concurrence déloyale» qui concerne les quatre magasins du Val-de-Marne et qu'il accordera une dérogation spéciale, permettant leur réouverture prochaine. Trente-deux magasins Bricorama sont fermés actuellement le dimanche depuis le 4 novembre dernier à la suite d'une décision de justice.