Boeing 787: Japan Airlines supprime 672 vols de fin mars à mai

avec AFP

— 

La compagnie nippone Japan Airlines (JAL) a indiqué vendredi qu'elle renonçait à 672 vols entre le 31 mars et le 31 mai, à cause des répercussions sur ses plans de l'immobilisation des Boeing 787 après de graves incidents.
La compagnie nippone Japan Airlines (JAL) a indiqué vendredi qu'elle renonçait à 672 vols entre le 31 mars et le 31 mai, à cause des répercussions sur ses plans de l'immobilisation des Boeing 787 après de graves incidents. — Stephen Brashear GETTY IMAGES NORTH AMERICA

La compagnie nippone Japan Airlines (JAL) a indiqué vendredi qu'elle renonçait à 672 vols entre le 31 mars et le 31 mai, à cause des répercussions sur ses plans de l'immobilisation des Boeing 787 après de graves incidents.

JAL a dû revoir ses fréquences de liaisons et va employer d'autres appareils pour minimiser les effets de cet imprévu, mais 200 vols internationaux et 472 vols intérieurs initialement envisagés ne pourront être effectués, a expliqué un porte-parole à l'AFP.

Au lieu d'être desservies avec des 787, les liaisons Tokyo-Boston, Tokyo-San Diego, Tokyo-Moscou, Tokyo-Singapour, Tokyo-Pékin et Tokyo-Shanghai le seront, parfois à des fréquences moindres, avec des Boeing 777 ou 767.

JAL va par exemple réduire de 7 par semaine à 4 le nombre de vols de Tokyo-Narita à Boston et de 7 à 3 de Tokyo à San Diego. Japan Airlines, qui possède 7 Dreamliner, avait déjà annulé une centaine de vols entre le 16 janvier et le 31 mars à cause du 787.

Les suppressions pour la période allant de fin mars à fin mai tiennent compte du fait que le groupe ne recevra pas comme prévu d'ici à fin mars trois 787 Dreamliner supplémentaires qui auraient dû entrer en service par la suite.

Outre le fait que les compagnies n'ont plus le droit de faire voler les 787, Boeing en a suspendu la livraison en attendant de pouvoir garantir la sûreté des batteries et du système électrique de cet avion.

L'immobilisation des 50 Boeing 787 livrés dans le monde est intervenue après deux graves incidents: une batterie d'un exemplaire de JAL a pris feu début janvier après son atterrissage à l'aéroport de Boston. Une semaine plus tard, un autre appareil du même type, exploité par la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) a dû atterrir en urgence au Japon à la suite d'une surchauffe incontrôlable d'une batterie lithium-ion du même type.

ANA, qui possède 17 Dreamliner, a quant à elle renoncé à 3.601 vols en tout entre le 16 janvier (date du deuxième incident) et le 31 mai. Pour le moment, les deux compagnies n'ont pas l'intention de changer leur orientation stratégique centrée autour de l'exploitation extensive du 787.

Le patron d'ANA a redit vendredi que le groupe maintenait ses plans d'acquisition de cet appareil qu'elle a commandé à 66 exemplaires. JAL en a pour sa part passé un ordre d'achat de 45 unités (et 20 en option).