Travail dominical: Bricorama ne se décourage pas

B. de V.

— 

Reçu à Matignon mercredi, le président-fondateur de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier, a maintenu son discours sur le travail dominical: «Soit tous les magasins sont fermés, soit ils sont tous ouverts».

Il ne comprend en effet toujours pas pourquoi ses 32 magasins franciliens ont dû fermer le dimanche (cinq vont pouvoir rouvrir après accord préfectoral) pendant que ceux de ses concurrents, Castorama et Leroy Merlin, restent ouverts.

L'espoir est mince

Si pour lui, la situation est «ubuesque», il ne se fait toutefois que peu d’illusions quant au rapport de forces en présence. Bricorama représente 3% du marché du bricolage tandis que ses deux homologues pèsent 70 %. «Pour Force ouvrière, il était plus facile de s’attaquer à nous en premier», insiste le président, qui attend du cabinet du Premier ministre qu’il saisisse l’Autorité de la concurrence.

A l’entendre, l’espoir d’une harmonisation serait mince. Et ces fermetures pourraient engendrer 25 millions de pertes de revenus sur le budget prévisionnel de 2013. «Nous allons essayer de ne pas licencier mais il y a des suppressions de postes», constate enfin le président.