Grande-Bretagne: Le marché obligataire encaisse sans broncher la perte du Aaa

Avec Reuters

— 

Les obligations d'Etat britanniques n'ont que brièvement cédé du terrain lundi après la décision de Moody's de priver la Grande-Bretagne de sa note suprême Aaa, une perte largement anticipée par les investisseurs bien qu'elle soit intervenue un peu plus tôt qu'attendu.

Pas de réaction marquée

Les futures sur les «gilts» perdaient jusqu'à 65 points de base en début de séance mais ils sont ensuite revenus à l'équilibre à 116,06.

Le marché obligataire reste soutenu par la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque d'Angleterre et la sanction de Moody's  pourrait nourrir les anticipations d'une nouvelle vague de rachats de dette par la banque centrale.

«C'était largement pris en compte par le marché, d'où l'absence de réaction très marquée», a expliqué Marc Ostwald, analyste obligataire de Monument Securities. «La sous-performance (par rapport aux Bunds allemands) n'est pas vraiment une surprise.»

Le rendement des obligations britanniques à dix ans a quant à lui atteint 2,17% en début de séance, en hausse de six points de base, mais il est ensuite revenu à 2,11%, son niveau de vendredi.

L'écart de rendement avec la dette allemande s'établissait à 54,6 points de base à 10h15 GMT, tout près de son niveau de vendredi, après avoir culminé à 59,1 points.

Absence de perspective négative

«Le fait que la dégradation ne soit pas accompagnée d'une perspective négative procure un certain soulagement», note Marc Ostwald.

Les agences qui ont privé les Etats-Unis et la France de leur propre «triple A» depuis l'été 2011 ont accompagné leur nouvelle note d'une perspective négative impliquant la possibilité d'une dégradation supplémentaire à moyen terme.