La Sécu ralentit l'hémorragie en 2007

©2006 20 minutes

— 

Le déficit du régime général (salariés) de la Sécurité sociale devrait atteindre 10,3 milliards d'euros en 2006, un niveau supérieur aux prévisions du gouvernement, du fait des dérapages des branches famille et vieillesse et en dépit du redressement de la branche maladie.
Le déficit du régime général (salariés) de la Sécurité sociale devrait atteindre 10,3 milliards d'euros en 2006, un niveau supérieur aux prévisions du gouvernement, du fait des dérapages des branches famille et vieillesse et en dépit du redressement de la branche maladie. — Jean-Pierre Muller AFP/Archives

Enfin l'heure de vérité pour les comptes sociaux. Après des jours de tractations, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, doit présenter aujourd'hui son projet de loi de finances pour la Sécurité sociale (PLFSS). Le déficit de la Sécurité sociale dans son ensemble devrait se réduire de 2 milliards d'euros pour atteindre 8 milliards en 2007.

Le gouvernement compte d'abord sur des rentrées de cotisations en hausse (déjà + 4,3 % en 2006 et + 4,5 % estimés pour l'année prochaine). Mais aussi sur l'amélioration des comptes de la Caisse nationale d'assurance-maladie (Cnam). Le déficit de cette branche atteindrait « seulement » 3,9 milliards d'euros (plus de deux milliards de mieux que le déficit prévu en 2006). Mais ce redressement repose sur des recettes assez diversifiées. La caisse récupérerait notamment 320 millions d'euros de droits sur le tabac, ou encore 600 millions d'euros de contribution sociale généralisée. Xavier Bertrand espère aussi limiter les nouvelles dépenses. L'augmentation des frais de la Cnam se limiterait à 2,5 % dans le projet de loi. Un objectif ambitieux alors qu'aucun nouveau « plan médicament » n'est annoncé et que les hôpitaux et les médecins libéraux demandent des tarifs de consultation plus élevés. Les retraites, elles, ne participeront pas au redressement. Bien au contraire. Le déficit de la branche vieillesse atteindrait environ 3,5 milliards d'euros en 2007 (un milliard de plus qu'en 2006).

Edouard Lederer