Accor accélère sa transformation

HOTELLERIE Le groupe français Accor vise une «nette amélioration» de ses performances d'ici 2016...

© 2013 AFP

— 

Le groupe hôtelier français Accor, qui vise une "nette amélioration" de ses performances d'ici 2016, va accélérer la restructuration de son parc, lancer un plan d'économies de 100 millions d'euros et investir dans la distribution pour contrer les agences de voyage en ligne.
Le groupe hôtelier français Accor, qui vise une "nette amélioration" de ses performances d'ici 2016, va accélérer la restructuration de son parc, lancer un plan d'économies de 100 millions d'euros et investir dans la distribution pour contrer les agences de voyage en ligne. — Eric Piermont AFP

Le groupe hôtelier français Accor, qui vise une «nette amélioration» de ses performances d'ici 2016, va accélérer la restructuration de son parc, lancer un plan d'économies de 100 millions d'euros et investir dans la distribution pour contrer les agences de voyage en ligne.

Dans sa nouvelle stratégie pour 2013-2016, dévoilée mercredi, Accor prévoit de se séparer de 800 hôtels, qui passeront en contrat de franchise ou de management (200 en propriété et 600 en location), principalement situés en Europe.

L'objectif d'Accor est d'atteindre 40% de chambres en franchise, 40% en contrats de management, et 20% en propriété et location d'ici 2016, contre 57% des établissements en franchise et en management aujourd'hui.

Cette transformation s'accompagnera d'un rééquilibrage géographique des profits, avec un objectif de 50% du résultat d'exploitation généré par les marchés émergents contre 15% à fin 2011.

L'un des chantiers essentiels concernera la distribution, pour laquelle 120 millions d'euros vont être investis sur 4 ans, a indiqué le PDG Denis Hennequin lors d'une conférence, afin de limiter la montée en puissance des agences de réservation en ligne.

«Les OTA (agence voyage en ligne) ont gagné des parts de marché en 2012, et représentent près de 1 milliard d'euros de volume d'affaires hébergement dans nos hôtels», a dit M. Hennequin.

Toutes enseignes confondues, y compris les franchises, le volume d'affaires hébergement a atteint 8,6 milliards d'euros en 2012.

L'exploitant des enseignes Sofitel, Pullman, Novotel, Ibis, Mercure ou HôtelF1 table aussi sur l'ouverture de 30.000 chambres par an, en croissance organique et d'environ 5.000 via des acquisitions.

Parallèlement, Accor va lancer un plan d'économies de 100 millions d'euros sur 2013 et 2014, portant «sur la revue stratégique et la priorisation des projets, ainsi que l'allègement des coûts de fonctionnement du groupe et de ses filiales en Europe».

Interrogé sur d'éventuelles suppressions de postes, M. Hennequin a estimé qu'il était «trop tôt pour le dire».

Ce plan a été décidé «face à l'augmentation structurelle des coûts d'exploitation en Europe, notamment des taxes et des coûts de l'énergie, à un environnement de marché plus compétitif avec les OTA, et à une situation qui continue de se dégrader en Europe du Sud», a précisé M. Hennequin.

En 2012, Accor a enregistré un chiffre d'affaires de 5,65 milliards d'euros, tiré par les marchés émergents et par les hausses de prix.

En revanche, le groupe accuse une perte nette de 599 millions d'euros sur l'exercice, liée à l'impact de la cession de sa chaîne économique américaine Motel 6.

Cette cession permet au groupe de se «recentrer sur des marchés qui offrent un meilleur potentiel de croissance et une meilleure rentabilité et sur lesquels nous disposons déjà d'un leadership affirmé», a estimé le PDG.

Indicateur clé de l'entreprise, le résultat d'exploitation s'est établi à 526 millions d'euros en 2012, soit le haut de la fourchette de prévisions du groupe (510 à 530 M EUR) et un niveau supérieur aux attentes des analystes interrogés par Bloomberg (517 M EUR).

Hors impact de la cession de Motel 6, Accor affiche un bénéfice net de 80 millions d'euros sur la période. Le résultat est affecté par «une perte comptable exceptionnelle de 679 millions d'euros» liée à cette opération mais aussi à des dépréciations d'actifs, en Espagne notamment, et à l'obligation pour le groupe de racheter certains murs d'hôtels qu'il exploitait en location fixe avant de les revendre.

Pour 2013, la directrice financière Sophie Stabile est «positive» pour la France, grâce à Paris où la demande est soutenue et aux salon prévus cette année. Elle est également «confiante» pour les marchés émergents et notamment pour le Brésil.

Accor proposera un dividende de 0,76 euro par action, en hausse de 17% par rapport à 2011.

Vers 14H15, le titre perdait 3,96% à 27,89 euros dans un marché en baisse de 0,22%.