« il ne peut pas y avoir qu'un modèle économique »

Propos recueillis par bertrand de volontat

— 

Le président de la république d'Irlande, Michael D. Higgins.
Le président de la république d'Irlande, Michael D. Higgins. — S. O'NEILL / FENNELS

En visite à Paris, le président de la république d'Irlande, Michael D. Higgins a répondu à 20 Minutes. Le pays, qui vit son huitième plan d'austérité, est actuellement à la présidence de l'Union européenne. Rigueur, croissance, France et Europe : Higgins, que certains annoncent comme « le meilleur président que l'Irlande ait jamais eu », nous donne son sentiment.

L'Irlande a retrouvé la croissance grâce notamment à une économie ouverte et à un marché du travail flexible. Pensez-vous que la France doive suivre ce modèle ?

L'expérience irlandaise ne doit pas être prise et considérée comme un modèle. C'est d'ailleurs une hérésie que de considérer qu'il ne peut y avoir qu'un seul modèle économique. Nous sortons de la crise et ce qui a fait notre force et notre réussite est tout d'abord l'acceptation par la population de cette période. Il faut expliquer que la vie recommencera après l'austérité. Ensuite – et j'en parlais avec François Hollande – cette étape doit être accompagnée par l'investissement, l'innovation et l'entreprenariat pour renouer avec l'emploi et la croissance.

L'Irlande préside l'Union européenne jusqu'au 30 juin. L'année 2013 enterrera-t-elle la crise pour les Vingt-Sept ?

Les premières briques sont en train d'être posées, mais les réformes structurelles seront étalées sur plusieurs années. Nous sommes à un moment clé pour l'Union européenne, celui de l'institutionnalisation et de la cohésion. Sur le long terme, l'Union européenne aura besoin de meilleures institutions. Le président Hollande et moi-même partageons l'image d'une Europe sociale et nous nous entendons sur de nombreux points à ce sujet.