PPR: Le luxe dope les résultats 2012, l'action s'envole

Reuters

— 

PPR a annoncé vendredi des résultats annuels pour 2012 en forte hausse, une nouvelle fois portés par ses marques de luxe venues compenser la contre-performance de sa filiale Puma, ce qui fait bondir l'action à la Bourse de Paris, où la valeur retrouve son niveau de l'été 2001. Le groupe propriétaire de Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent a publié un résultat opérationnel courant en hausse de 19,3% à 1,79 milliard d'euros, un chiffre supérieur au consensus Thomson Reuters de 1,70 milliard, sur un chiffre d'affaires en progression de 20,8% (+10,6% à taux de change constants) à 9,73 milliards d'euros, conforme aux attentes.

>> Pour suivre la Bourse tout au long de la journée, http://bourse.e24.com

Les marques de luxe ont vu leur résultat opérationnel grimper de 27,6%, tandis que l'équipementier sportif Puma, en difficulté, a vu le sien chuter de 12%. "La division luxe de PPR connaît l'une des plus fortes croissances et l'une des dynamiques les plus élevées en termes de marge parmi les acteurs du luxe", observent dans une note les analystes de HSBC, qui surpondèrent la valeur avec un objectif de cours de 186 euros.

En Bourse, la réaction est d'ailleurs vive, le titre se négociant à 9h48 en hausse de 5,94%, plus forte progression du CAC 40, à 169,30 euros - un niveau plus connu par l'action PPR depuis août 2001 - dans des volumes représentant déjà plus de 80% de la moyenne de ceux habituellement réalisés en une séance complète.

Dans le luxe, la croissance organique a atteint 14% au quatrième trimestre, avec une hausse de 8,2% pour Gucci, un bond en avant de 32,7% pour Bottega Veneta et une progression de 12,5% pour Yves Saint Laurent. Sur l'année, Gucci enregistre une progression de 9% à taux constants, faisant mieux que Louis Vuitton, la marque phare de LVMH dont la progression est estimée aux alentour de 7% par les analystes. Grâce aux performances stratosphériques de Bottega Veneta (+30%) et Yves Saint Laurent (+29%), l'ensemble du pôle luxe finit l'année sur une croissance organique de 15%.

Les résultats 2012 de PPR ne prennent plus en compte ceux de la Fnac - dont la scission est programmée - ni ceux de Redcats, dont les actifs américains et nordiques ont déjà été vendus. La procédure de cession de La Redoute, le spécialiste français de la vente à distance, devrait intervenir dans le courant du second semestre 2013, a précisé le directeur financier de PPR, lors d'une conférence téléphonique. "Nous n'en sommes qu'aux travaux préparatoires sur le plan stratégique et financier", a dit Jean-Marc Duplaix. Le groupe indique avoir passé des charges de dépréciations d'actifs totalisant 288 millions d'euros sur Redacts et la Fnac ainsi que des charges de restructuration de 149 millions d'euros.

Le résultat net ressort à 1,27 milliard, en hausse de 28,2%, et le dividende proposé à 3,75 euros, en progression de 7%. Le groupe dit anticiper pour 2013 une "nouvelle année de croissance soutenue" de ses résultats. Suite à cette publication, PPR affiche désormais une capitalisation boursière de 21,3 milliards d'euros, en progression de 20% depuis janvier, après un gain de 27% l'an dernier.