Suez et GDF prêts à se délester pour l'Union

©2006 20 minutes

— 

Une fusion vaut bien quelques concessions. Suez et Gaz de France (GDF) ont fait parvenir mercredi soir aux autorités européennes de la concurrence une liste de propositions destinées à « remédier aux griefs » identifiés par la Commission. Bruxelles avait en effet pointé les problèmes de concurrence que pourrait soulever l'union des deux géants de l'énergie. Suez et GDF proposent notamment de créer une société et de lui céder une partie de leur portefeuille clients. Elle serait également approvisionnée en gaz. Cédée par la suite, la nouvelle entité pourrait concurrencer le groupe en Belgique et en France.

Autre proposition : mettre en vente d'importants volumes de gaz auprès des concurrents, en France et en Belgique. Par ailleurs, Suez céderait ses parts dans SPE, le deuxième producteur d'électricité belge. Enel en Italie, et même EDF, pourraient être intéressés. A la demande des députés de gauche – en plein débat sur le projet de privatisation de GDF –, ces propositions ont été examinées hier après-midi par la commission des affaires économiques. L'UE prendra davantage son temps. Elle se donne jusqu'au 17 novembre pour faire connaître son avis sur le projet de fusion.

Edouard Lederer

Les fédérations CGT, FO, CFTC et CFE-CGC de l'énergie ont prévu des manifestations et des arrêts de travail le 3 octobre, pour protester contre la privatisation de GDF. Un « rassemblement national » est prévu à Paris.