Le marché du travail allemand a envoyé des signaux contrastés en janvier, avec d'un côté, une nette hausse du taux de chômage brut et de l'autre, une forte réduction du nombre de chômeurs en données corrigées des variations saisonnières, selon l'Agence pour l'emploi
Le marché du travail allemand a envoyé des signaux contrastés en janvier, avec d'un côté, une nette hausse du taux de chômage brut et de l'autre, une forte réduction du nombre de chômeurs en données corrigées des variations saisonnières, selon l'Agence pour l'emploi — Odd Andersen afp.com

SOCIAL

Allemagne: Le marché du travail dit tout et son contraire

Le marché du travail allemand a envoyé des signaux contrastés en janvier, avec d'un côté, une nette hausse du taux de chômage brut et de l'autre, une forte réduction du nombre de chômeurs en données corrigées des variations saisonnières...

Le marché du travail allemand a envoyé des signaux contrastés en janvier, avec d'un côté, une nette hausse du taux de chômage brut et de l'autre, une forte réduction du nombre de chômeurs en données corrigées des variations saisonnières, selon l'Agence pour l'emploi.

Le taux de chômage brut a atteint en janvier 7,4%, alors qu'il était de 6,7% en décembre, mois où il avait déjà augmenté, montrent les statistiques mensuelles de l'agence publiées jeudi.

En revanche, en données corrigées des variations saisonnières, une statistique davantage suivie par les économistes, janvier a vu le nombre de chômeurs diminuer de 16.000 personnes par rapport au mois précédent. Une bonne surprise pour les économistes, qui tablaient plutôt sur une hausse de 10.000 chômeurs, selon le consensus réalisé par l'agence Dow Jones Newswires.

«L'actuelle montée du taux de chômage s'explique simplement par des raisons saisonnières», a estimé Frank Weise, le président de l'Agence pour l'emploi, cité dans un communiqué.

«Les mauvaises conditions économiques n'ont laissé que quelques traces sur le marché du travail», a-t-il assuré.

Jugées plus représentatives d'une tendance de fond, les données corrigées des variations saisonnières (CVS) excluent les pertes d'emplois liées aux saisons, comme, par exemple, les mises à pied saisonnières dans des secteurs comme l'agriculture ou la construction en hiver.

Le taux de chômage ajusté a ainsi légèrement reculé de 0,1 point à 6,8%, ce qui contraste avec la dégradation affichée par les données brutes.

En effet, sans tenir compte de ces effets de saison, le nombre de chômeurs est en hausse de 298.000 à 3,138 millions de personnes, quand le taux de chômage a augmenté de 0,7 point à 7,4%.

Sur l'ensemble de 2012, le taux de chômage brut en Allemagne avait baissé à 6,8% son plus bas niveau depuis 1991.