Le baril plonge, le prix de l'essence reste suspendu

©2006 20 minutes

— 

La flambée du pétrole, succédant brutalement à une parenthèse de dix ans d'énergie bon marché, exige des décisions politiques fortes d'économies et de diversification des sources d'énergie, ont prévenu experts et chefs d'entreprises lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.
La flambée du pétrole, succédant brutalement à une parenthèse de dix ans d'énergie bon marché, exige des décisions politiques fortes d'économies et de diversification des sources d'énergie, ont prévenu experts et chefs d'entreprises lors des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence. — Behrouz Mehri AFP/Archives

Pourquoi le prix de l'essence ne baisse-t-il pas aussi vite que le prix du pétrole ? C'est la question simple que s'est posée l'association de consommateurs UFC-Que choisir, comme sûrement beaucoup d'automobilistes. « Depuis un mois, le prix du baril a baissé de 14 %, explique François Carlier, directeur adjoint des études à UFC. Mais quand on regarde le prix du gazole hors taxe – car les taxes ne dépendent pas du marché –, il n'a baissé que de 4, 9 %. Seul le sans plomb a vraiment diminué (-17 %), mais il ne représente “que” 47 % de la consommation des ménages. »

En octobre dernier, les compagnies pétrolières avaient pourtant signé un accord avec le ministre des Finances pour s'engager à répercuter toute baisse du prix de l'or noir. Selon l'association de consommateurs, elles n'ont pas respecté leurs promesses. « C'est faux, rétorque Jean-Louis Schilansky, de l'Union française des industries pétrolières (Ufip). Sur le long terme, les hausses et les baisses du pétrole et du carburant sont symétriques. Mais l'ajustement est long. » Autre raison du prix « anormalement » élevé du gazole selon l'Ufip : la forte demande en fioul à l'approche de l'hiver. En octobre, l'association UFC a décidé de présenter des mesures visant à réduire la dépendance des consommateurs. Et si elles demandent aux pétroliers de respecter leur engagement, elle demande surtout à l'Etat d'investir dans de nouveaux modes de déplacement.

V. L.