2013, l'année du taux de chômage record?

SOCIAL Malgré le train de mesures du gouvernement...

Mathieu Bruckmüller

— 

Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux.
Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux. — SEBASTIEN ORTOLA/20 MINUTES

Et de vingt! Vendredi à 18h00, les chiffres du ministère du Travail devraient faire état d’une nouvelle poussée, en décembre, du nombre de demandeurs d’emploi, pour le 20e mois d’affilée. Sur un an, en novembre, la hausse atteignait 10,5% en dans l’Hexagone. Ce vendredi matin sur les ondes d'Europe 1, le ministre du Travail a implicitement reconnu que la progression du chômage va se poursuivre : «la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée». Le pic historique de janvier 1997 (3.205.000 chômeurs sans activité) pourrait ainsi être dépassé au printemps.


Sapin : "Nous stopperons la montée du chômage" par Europe1fr

Le retour des contrats aidés

Pour freiner cette envolée, le gouvernement a remis au goût du jour les emplois jeunes. Dans l’urgence, il a accéléré la mise en place des emplois d’avenir destinés à réinsérer les jeunes, de 16 à 25 ans, peu ou pas qualifiés. Ces CDD ou CDI bénéficient d’une aide de l’Etat jusqu’à 75% d’un Smic brut à temps plein sur trois ans au maximum. Quatre mille ont déjà été signés et l’exécutif table sur 150.000 à l’horizon 2014.

>> Les nouveaux emplois jeunes seront-ils vraiment efficaces pour lutter contre le chômage?

>> Les Régions qui vont le plus bénéficier des emplois-jeunes

Autre dispositif: les contrats de génération. Voté cette semaine par le Parlement, il doit être opérationnel d’ici à la fin mars et vise à coupler l'embauche de jeunes de 16 à 26 ans en CDI et le maintien des seniors de plus de 57 ans. L’objectif: améliorer le taux d’emploi qui atteint seulement 30% pour les 15-24 ans et 41,5% pour les 55-64 ans. En contrepartie, les entreprises de moins de 300 salariés pourront toucher jusqu’à 4.000 euros d’aides pendant trois ans. Mais l’OFCE craint un effet d’aubaine. Sur les 500.000 contrats attendus d’ici à 2017, il y aurait une création nette de 100.000 emplois.

>> Les zones d'ombres du contrat de génération

Vers une baisse des indemnités chômage?

Arsenal supplémentaire, l’accord signé le 11 janvier par le patronat et une partie des syndicats sur une plus grande sécurisation de l'emploi pour les salariés en contrepartie d'une souplesse accrue du marché du travail. Pour le ministre du Travail, il sauve des emplois.

Mais il n’en crée pas, à court terme. Seul moyen pour faire baisser le chômage: le retour de la croissance. Pour cela, elle doit atteindre 1,7% et le gouvernement ne parie que sur 0,8% en 2013, contre 0,4% pour la plupart des économistes. L’Unedic prévoit ainsi 178.800 chômeurs de plus en 2013.

Résultat: le trou de l’assurance-chômage atteindra cinq milliards d’euros, portant la dette à 18 milliards d’euros à la fin de l’année. Dans ce contexte, la Cour des comptes appelle à revoir les modalités d’indemnisation. «Il faudra prendre des mesures», a reconnu Michel Sapin.

>> Faut-il baisser les indemnités chômage?