Angela Merkel se dit «préoccupée» par la politique monétaire du Japon

CHANGE La chancelière allemande Angela Merkel a fait part jeudi à Davos de sa «préoccupation» à l'égard de la nouvelle politique monétaire du Japon...

© 2013 AFP

— 

La chancelière allemande Angela Merkel a fait part jeudi à Davos de sa "préoccupation" à l'égard de la nouvelle politique monétaire du Japon, qui, selon certains, pourrait raviver une "guerre des monnaies".
La chancelière allemande Angela Merkel a fait part jeudi à Davos de sa "préoccupation" à l'égard de la nouvelle politique monétaire du Japon, qui, selon certains, pourrait raviver une "guerre des monnaies". — Johannes Eisele afp.com

La chancelière allemande Angela Merkel a fait part jeudi à Davos de sa «préoccupation» à l'égard de la nouvelle politique monétaire du Japon, qui, selon certains, pourrait raviver une «guerre des monnaies».

«Je dois admettre que je ne suis pas sans être préoccupée par le Japon en ce moment», a déclaré Mme Merkel, devant un parterre d'hommes d'affaires et de responsables politiques, réunis dans le cadre du 43ème Forum économique mondial (WEF).

Elle a expliqué qu'il y avait au sein du G20, le groupe des vingt économies les plus puissantes de la planète «davantage de conscience» sur la question des «manipulations des taux de change».

«La chine a réagi très favorablement et a répondu à nos demandes avec un certain changement de politique», a-t-elle assuré, avant d'exprimer sa préoccupation vis-à-vis du Japon.

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble avait lui aussi exprimé la semaine derniere sa préoccupation à l'égard de la politique du nouveau gouvernement japonais.

Un vice-ministre japonais des Finances a toutefois nié jeudi une manipulation monétaire de la part de son gouvernement visant à faire baisser le yen, rejetant les critiques extérieures sur les risques d'une guerre monétaire internationale.

«Le Japon n'a nullement l'intention de provoquer une dévaluation compétitive du yen», a déclaré Takehiko Nakao dans un entretien accordé au Wall Street Journal.