Goldman Sachs et Shell, lauréats du «prix de la honte» à Davos

ECONOMIE Ces prix sont décernés chaque année à des entreprises accusées d'avoir commis des «atteintes aux droits humains», ainsi que «des crimes environnementaux particulièrement graves»...

avec AFP

— 

La banque américaine Goldman Sachs, symbole des mauvaises pratiques de la finance, et la compagnie Shell, accusée d'avoir contribué à diminuer la couche glacière arctique, ont remporté mercredi le "prix de la honte" 2013 décerné notamment par Greenpeace Suisse.
La banque américaine Goldman Sachs, symbole des mauvaises pratiques de la finance, et la compagnie Shell, accusée d'avoir contribué à diminuer la couche glacière arctique, ont remporté mercredi le "prix de la honte" 2013 décerné notamment par Greenpeace Suisse. — Tengku Bahar afp.com

Un prix dont elles se seraient bien passées. La banque américaine Goldman Sachs, symbole des mauvaises pratiques de la finance, et la compagnie Shell, accusée d'avoir contribué à diminuer la couche glacière arctique, ont remporté mercredi le «prix de la honte» 2013 décerné notamment par Greenpeace Suisse. Ces prix sont décernés chaque année en marge du Forum économique mondial (WEF) de Davos à des entreprises accusées d'avoir commis des «atteintes aux droits humains», ainsi que «des crimes environnementaux particulièrement graves».

En 2012, ces prix avaient été décernés à la banque américaine Barclays et au groupe brésilien de matières premières Vale.

Goldman Sachs obtient le prix du jury, qui a jugé que la banque américaine était un «acteur central de la mondialisation, alimentant les profits de quelques rares nantis par le biais d'inégalités phénoménales et de l'appauvrissement de larges couches de la population». Greenpeace Suisse et la Déclaration de Berne, une ONG suisse, ont également dénoncé les «managers de Goldman Sachs, qui sont les maîtres du tourniquet, en occupant alternativement des postes au sein de la banque et de postes publics ou politiques, ils s'assurent les affaires de demain».

Alstom en nomination

Selon Michael Baumgartner, membre du jury, «Goldman Sachs est non seulement l'un des principaux gagnants de la crise financière, mais en outre la banque occupe une place prépondérante dans le casino des matières premières». «Elle a commencé à déstabiliser les prix, et si les prix des denrées alimentaires battent à nouveau tous les records, comme en 2008, de millions de personnes vont tomber dans la famine et la misère».

La compagnie anglo-néerlandaise Shell a reçu le prix du public, décerné par 41.800 personnes ayant voté en ligne. Shell est accusé d'avoir contribué au changement climatique, via ses projets pétroliers off-shore dans l'Arctique. Avec ces forages, Shell «mise sur l'un des derniers paradis naturels sur terre et met en danger 4 millions de personnes ainsi qu'une faune incroyable». Pour Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International, «Shell a investi 4,5 milliards de dollars dans un projet insensé, très risqué et qui n'est que source de problèmes».

Outre les deux lauréats du «prix de la honte» 2013, cinq autres entreprises étaient nominées: Alstom (France), Coal India (Inde), G4S (GB), Lonmin (Nouvelle-Zélande) et Repower (Suisse).