BAE Systems dubitatif sur l'avenir de l'A380

©2006 20 minutes

— 

Le soupçon est-il fondé ? Le groupe d'aéronautique et de défense britannique BAE Systems, qui présentait hier des résultats semestriels satisfaisants, en a profité pour s'interroger sur l'avenir d'Airbus, dont il est actionnaire. BAE, qui est en train de vendre sa part de 20 % à EADS, a évoqué les nouveaux retards que pourrait connaître l'A380. Le directeur général, Mike Turner, a même laissé entendre qu'Airbus pourrait faire appel à ses actionnaires pour qu'ils remettent de l'argent dans le groupe. Avant de déclarer que BAE était « très heureux » des 2,75 milliards d'euros qu'il allait tirer de sa part et qu'à son avis, BAE Systems avait choisi « le bon moment pour vendre ».