Lingerie: Face à la crise, les dessous chics prennent le dessus

MODE Le secteur résiste en misant sur l'innovation et la qualité...

Claire Planchard

— 

Defilé de la Maison Lejaby le 17 janvier 2013.
Defilé de la Maison Lejaby le 17 janvier 2013. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Halte à la morosité, place aux culottes en dentelle, balconnets pigeonnants et autres nuisettes en soie. A partir de samedi, les professionnels du secteur se réunissent au Salon international de la lingerie à Paris pour présenter leurs nouvelles armes anti-crise.

Une lingerie de plus en plus high-tech

En 2012, le pire a été évité: alors que le chiffre d’affaires du prêt-à-porter féminin accuse un recul de 3,5%, celui de la lingerie limite la baisse à 2,2%, selon l’Institut français de la mode.

«En pleine tempête, les marques bien établies résistent bien tout comme celles qui misent sur des produits novateurs», note Séverine Marchesi, commissaire générale du salon.

Wacoal, pionnier de la lingerie gainante, a ainsi doublé le chiffre d’affaires de sa ligne «shapewear» depuis son lancement en 2009. «Trente ingénieurs travaillent dans notre centre de recherche au Japon avec des universités et des fournisseurs pour créer des matières en efficaces et légères. Ce sont des véritables condensés de high-teh tout en étant sexy et fashion», explique Sophie Knis, responsable marketing de Wacoal France.

Recherche de qualité

Face à un budget lingerie sous pression (97 euros par an en moyenne en 2012), les marques s’adaptent aussi à une autre tendance de fond: le retour des consommatrices aux valeurs sûres et aux dessous fiables de qualité.

« Il y a aujourd’hui un foisonnement de créations de nouvelles marques françaises, comme Monette ou Insensée, qui misent sur le “made in France”, sur de belles matières, comme la soie ou la dentelle de Calais, mais aussi sur de nouveaux produits de lingerie de jour qui dépassent la corseterie pure, comme le body ou la nuisette», confirme Anne-Laure Linget, responsable internationale pour la Fédération de la lingerie.

Modèles iconiques revisités

«S’inspirer d’anciens modèles phares, iconiques en les déclinant dans de nouveaux coloris et de nouvelles matières plus confortables est une autre tendance forte de ce retour aux fondamentaux», souligne Séverine Marchesi.

A l’hiver 2013, la marque Scandale lancera par exemple «Encore», une nouvelle collection produite en série limitée inspirée de ses archives des années 1950-début 60. «Avec cette touche rétro et glamour, on veut redonner du plaisir aux femmes pour les aider à échapper à la tendance morose», explique Carole Huguenin, directrice commerciale France. Pas de doute, rien de tel qu’une guêpière portée en bustier pour reprendre le dessus.