Les ventes de Carrefour se redressent, amélioration en France

© 2013 AFP

— 

Après un début 2012 difficile, les ventes de Carrefour se sont finalement redressées en fin d'année, portées par l'international mais aussi par l'amélioriation en France, son principal marché, ce qui a été salué par les investisseurs à la Bourse.
Après un début 2012 difficile, les ventes de Carrefour se sont finalement redressées en fin d'année, portées par l'international mais aussi par l'amélioriation en France, son principal marché, ce qui a été salué par les investisseurs à la Bourse. — Bulent Kilic afp.com

Après un début 2012 difficile, les ventes de Carrefour se sont finalement redressées en fin d'année, portées par l'international mais aussi par l'amélioriation en France, son principal marché, ce qui a été salué par les investisseurs à la Bourse.

Le groupe de distribution français, qui a engagé une nouvelle stratégie visant à améliorer son image-prix dans l'Hexagone, a enregistré au total en 2012 un chiffre d'affaires de 86,6 milliards d'euros en légère hausse de 1%.

Pour le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires a progressé de 0,8% à 22,9 milliards d'euros, conforme aux prévisions des analystes interrogés par Thomson-Reuters.

Le numéro deux mondial de la distribution a notamment confirmé le redressement de ses ventes en France entamé lors du précédent trimestre, après un recul de 2,1% entre mars et juin.

Ces résultats ont été salués par le marché, Carrefour enregistrant la plus forte progression du CAC 40 à la Bourse de Paris. A 12h30 (11h30 GMT), le titre prenait 7,97 % à 20,86 euros dans un marché en hausse de 0,53%.

Jean-Marie Lhomé, analyste chez le courtier Aurel BGC, a jugé les résultats de Carrefour «rassurants au regard de l'amélioration très tangible en France».

Le marché est d'autant plus «soulagé» déclare un gérant d'action parisien, que des rumeurs avaient dernièrement circulé sur des ventes décevantes du groupe, et que l'un des principaux concurrent de Carrefour, Casino, a lui connu un recul de 3,6% de ses ventes au quatrième trimestre.

L'Hexagone, principal marché de Carrefour qui y réalise environ 40% de son activité, voit ses ventes augmenter de 0,1% sur l'année, à 39,53 milliards d'euros, et de 0,6% (-0,9% hors essence), à 10,53 milliards d'euros sur le trimestre.

«Porter ses fruits»

Si les ventes de carburant ont largement contribué à ce résultat, Carrefour y voit également un «signe encourageant témoignant que sa nouvelle stratégie commence à porter ses fruits», selon le directeur financier Pierre-Jean Sivignon.

Selon lui, le groupe enregistre sur la fin de 2012 les premiers résultats de la stratégie engagée par le nouveau PDG Georges Plassat et le nouveau patron France Noël Prioux, basée sur un effort quotidien pour améliorer ses prix sur une large gamme de produits - en opposition à des promotions occasionnelles.

«L'amélioration de notre image-prix, lente mais consistante, a permis d'améliorer le trafic dans nos magasins et contribué à une meilleure deuxième partie d'année» témoigne-t-il, tout en ajoutant qu'il est cependant «trop tôt pour en tirer des conclusions définitives».

L'analyste Al Johnston estime que compte tenu des cession d'actifs engagées et de l'objectif de réduction de la dette, «Carrefour devrait être en mesure de maintenir sa compétitivité prix».

Le quatrième trimestre a notamment été marqué par une «amélioration des tendances de ventes en hypermarchés» en France, qui, à magasins comparables, sont quasi stables (-0,1%).

«Les ventes en alimentaires sont en croissance pour la première fois depuis deux ans», se félicite notamment Carrefour dans son communiqué, M. Sivignon expliquant cette progression par «l'amélioration de notre offre en produits frais».

Les ventes en supermarchés progressent de 0,8% sur le trimestre (+0,1% hors essence), tandis que les magasins «de proximité et autres formats» bondissent de 7,6% (+6,8% à magasins comparables).

En Europe en revanche, le chiffre d'affaires recule de 2,5% sur l'année à 23,66 milliards d'euros et de 2,4% sur le trimestre, à 6,38 milliards d'euros, plombé par la baisse de la consommation en Europe du sud, notamment en Espagne (-4,8% sur le trimestre) et en Italie (-7,8%).

L'Amérique latine et l'Asie continuent de doper les performances du groupe, progressant respectivement de 4,8% (16,14 mds EUR, porté par le Brésil) et de 10% (7,21 mds EUR) sur l'année.

Les activités en Grèce, Colombie, Singapour, Malaisie et Indonésie, cédées dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur ses marchés les plus porteurs, ont été reclassées en activités non poursuivies à partir du 1er janvier 2012.

Fort de ces résultats, Carrefour a confirmé être «confortable avec le consensus actuel médian (sur le résultat opérationnel courant, NDLR) qui s'établit à environ 2,07 milliards d'euros», comme il l'avait déjà dit en octobre.