Après Strasbourg, UPM veut se désengager de deux nouvelles usines

© 2013 AFP

— 

L'industriel finlandais UPM, déjà en train de fermer son usine papetière Stracel de Strasbourg (250 salariés), a annoncé jeudi vouloir vendre rapidement deux autres usines françaises, à Docelles (Vosges) et Aigrefeuille (Charente-Maritime).
L'industriel finlandais UPM, déjà en train de fermer son usine papetière Stracel de Strasbourg (250 salariés), a annoncé jeudi vouloir vendre rapidement deux autres usines françaises, à Docelles (Vosges) et Aigrefeuille (Charente-Maritime). — Olivier Morin afp.com

Le groupe finlandais UPM, déjà engagé dans un processus de fermeture de son usine Stracel de Strasbourg (250 salariés), a annoncé jeudi vouloir se désengager rapidement de deux autres unités françaises, situées à Docelles (Vosges) et Aigrefeuille (Charente-Maritime). Le processus de vente de Docelles (165 salariés) «va commencer immédiatement» et devra aboutir «dans les six mois». Sinon UPM «en sortira par un autre moyen», ajoute sans plus de précision le groupe papetier, en semblant faire allusion à une fermeture pure et simple du site.

Les origines des Papeteries de Docelles remontent à 1478. Présentée sur le site du groupe comme une unité «moderne et flexible», cette usine affiche une capacité de production annuelle de 160.000 tonnes. L'usine d'Aigrefeuille (45 personnes), spécialisée dans la transformation du bois, devra aussi être cédée d'ici juillet. UPM a expliqué à son propos qu'il ne souhaitait conserver que des scieries intégrées dans ses usines de pâte à papier.

Ces nouveaux désengagements sont la conséquence de la chute du marché européen du papier d'impression, qui a conduit le groupe à procéder à une vaste restructuration de ses activités dans ce secteur. Sa décision va se traduire par des dépréciations d'actifs de 1,77 milliard d'euros. Dans ce cadre, UPM procédera à des réductions supplémentaires de capacités, de l'ordre de 580.000 tonnes, qui affecteront en priorité ses installations en Finlande, en Allemagne et en France. Avec la fermeture annoncée de Stracel, le groupe aura ainsi diminuer ses capacités de 850.000 tonnes cette année.