Veolia a «pratiquement un an d'avance» sur son programme de désendettement

© 2013 AFP

— 

Veolia Environnement a décidé de miser sur l'essor de la méthanisation, un procédé naturel de fermentation de la matière organique, qui produit à la fois de l'électricité et un fertilisant, avec la mise en route d'un nouveau site, près d'Arras (Pas-de-Calais), inauguré mardi.
Veolia Environnement a décidé de miser sur l'essor de la méthanisation, un procédé naturel de fermentation de la matière organique, qui produit à la fois de l'électricité et un fertilisant, avec la mise en route d'un nouveau site, près d'Arras (Pas-de-Calais), inauguré mardi. — Eric Piermont afp.com

Le PDG du groupe français des services à l'environnement Veolia, Antoine Frérot, a annoncé jeudi que le programme de désendettement du groupe avait «pratiquement une année d'avance». «Nous sommes en avance. Nous montreront (lors de la publication des résultats annuels) que nous avons pu prendre pratiquement un an d'avance sur ce programme de désendettement», a affirmé M. Frérot sur BFM Business.

Le leader mondial de l'eau a lancé il y a un an un programme pour réduire sa dette de 15 milliards à 12 milliards d'euros d'ici 2014, via des cessions d'activités et ses réductions de coûts de structure engagées. Début novembre, il avait anticipé qu'il prévoyait de réduire son endettement de 2,5 à 3 milliards d'euros au quatrième trimestre, notamment via la cession d'actifs.

Quelques semaines plus tard, la finalisation de la vente de son activité déchets solides aux Etats-Unis à une filiale du fonds Highstar Capital lui a permis de réduire sa dette de 1,4 milliard d'euros. En décembre, le groupe a racheté des obligations d'une valeur nominale de 750 millions d'euros et arrivant à échéance entre 2015 et 2018. Début janvier, Veolia Environnement a levé sur les marchés environ 1,5 milliard d'euros de dette perpétuelle, grâce à une forte demande des investisseurs, afin de renforcer ses fonds propres.