Le retour des anciennes Lejaby

TEXTILE Des ex-salariées de l'entreprise sont venues rejoindre un atelier indépendant de couture haut de gamme...

De notre correspondante à Lyon Caroline Girardon
— 
la Maison Lejaby de Rilleux-La-Pape, le 10 janvier 2013.
la Maison Lejaby de Rilleux-La-Pape, le 10 janvier 2013. — C.VILLEMAIN / 20 MINUTES

C’était un projet un peu fou tel «monter l’Himalaya en tongs». Ce lundi matin, les Atelières, atelier indépendant de couture haut de gamme installé à Villeurbanne, vont lancer leur toute première production.

Renaissance de Lejaby

Il y a encore un an, le pari semblait risqué. Muriel Pernin, issue du monde de la communication, s’émeut alors du sort des salariées de Lejaby frappées par un énième plan social. Elle décide de frapper aux portes des banques, des maisons de couture et des pouvoirs publics afin de lancer un atelier indépendant. Elle envisage ainsi de s’entourer des anciennes petites mains de Lejaby et de reclasser un maximum d’ouvrières. «Beaucoup ont refusé à cause de l’éloignement géographique, explique Muriel Pernin. Seules trois sur les 26 salariés nous ont rejoints».

>> Le portrait de Muriel Pernin, c'est par ici

Jeanine Caillot, à la retraite, n’a pourtant pas hésité à s’investir dans ce projet. «Il fallait absolument montrer que la fabrication de lingerie de luxe était possible en France et qu’on avait encore le savoir-faire». Les couturières ont déjà trois clients dont Alain Prost...le nouveau PDG de la Maison Lejaby.

L’établissement en pleine renaissance va présenter cette semaine au salon de la lingerie sa deuxième collection. «On n’avait jamais fait de lingerie de luxe, raconte Colette Candela, directrice du studio de création. Mais on s’est retroussé les manches. Toutefois le plus dur reste à venir car il faut reconquérir le marché européen.» L’entreprise a perdu la moitié de sa clientèle ces cinq dernières années.