Volkswagen veut-il supprimer PSA?

C.B.

— 

Illustration Volkswagen.
Illustration Volkswagen. — JOEL SAGET / AFP

Volkswagen cherche-t-il à supprimer le constructeur français PSA? D’après un article du Monde, c’est ce que laisserait entendre l’entourage de François Hollande. «Selon nos informations, l'Etat serait très inquiet de l'offensive actuelle du constructeur allemand Volkswagen, qui casse les prix partout en Europe alors qu'il dispose d'une trésorerie conséquente, estimée à environ 25 milliards d'euros», écrit le quotidien du soir.

Une analyse que ne comprend pas Jacques Rivoal, président du groupe Volkswagen France. «Nous ne menons pas de guerre des prix! Et il faudrait savoir: tantôt on nous accuse de mener une telle guerre, tantôt on nous envie notre positionnement prix», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation des résultats 2012 du groupe.

Et de préciser: «Nous ne sommes pas dans cette logique-là. Ce n’est pas la philosophie du groupe. Nous considérons que nous faisons de bons produits et qu’il ne faut donc pas les brader. Et puis, si nous menions une telle guerre, il faudrait que nous la financions. Or, nous réalisons nos marges et nos distributeurs gagnent de l’argent, ce qui est rarement le cas chez nos concurrents».

Les beaux chiffres de Volkswagen en France

Pour Jacques Rivoal, le «business model vertueux» de son groupe est justement ce qui lui permet de «consentir des offres de financement intéressantes» pour ses clients, «pour qu’ils aient accès à nos modèles ou qu’ils puissent monter en gamme». Il ajoute: «Nous voulons une croissance pérenne, saine et pas belliqueuse».

Une croissance qui est pour l’heure au rendez-vous. Sur tous les continents, le groupe Volkswagen fait mieux que la moyenne du marché. Y compris en France. Si les ventes d’automobiles ont chuté de 14% dans l’Hexagone en 2012, le groupe est parvenu à accroître les siennes sur toutes ses marques – Volkswagen, Audi, Skoda, Volkswagen Véhicules utilitaires – à l’exception de Seat.

Au final, le groupe réalise même la meilleure performance de son histoire en France, en parvenant à conquérir 14,1% de part de marché, contre 12,8% en 2011. Il réussit donc à gagner en pleine crise 1,3 point de part de marché. Notamment grâce à sa marque Volkswagen, qui a immatriculé 154.200 véhicules en 2012, soit une part de marché de 8,3%, contre 7,5% un an plus tôt.