Eric Trappier prend ses fonctions à la tête de Dassault Aviation

© 2013 AFP

— 

Eric Trappier prend mercredi ses fonctions de PDG de Dassault Aviation, succédant à Charles Edelstenne, 75 ans, qui a fait du constructeur du Rafale un pilier de l'industrie française de la défense.
Eric Trappier prend mercredi ses fonctions de PDG de Dassault Aviation, succédant à Charles Edelstenne, 75 ans, qui a fait du constructeur du Rafale un pilier de l'industrie française de la défense. — Boris Horvat afp.com

Eric Trappier prend mercredi ses fonctions de PDG de Dassault Aviation, succédant à Charles Edelstenne, 75 ans, qui a fait du constructeur du Rafale un pilier de l'industrie française de la défense.

Eric Trappier, 52 ans, qui dirigeait jusqu'à présent les campagnes de vente d'avions de combat à l'étranger, prend la tête d'un groupe qui réalise les trois quarts de ses ventes grâce aux avions d'affaires et est devenu l'actionnaire industriel du groupe Thales, quatre fois plus grand que lui.

Premier objectif, les Rafale

Il sera assisté d'un directeur général délégué, poste créé pour Loïk Segalen, le patron des finances et des ressources humaines du groupe.

Son premier défi sera de conclure le contrat de vente de 126 avions de combat Rafale à l'armée de l'air indienne. L'Inde avait retenu le Rafale en janvier dernier mais la négociation est complexe, New Delhi prévoyant de construire 108 appareils sur place avec ses propres sous-traitants.

«Au rythme où vont les négociations, les chances de conclure l'accord lors de cette année budgétaire sont hautement improbables», a indiqué une source au ministère indien de la défense. L'année budgétaire 2012-2013 s'achève le 31 mars. «Mais nous pouvons nous attendre à quelques mouvements très positifs après mars», a-t-elle ajouté.

Dans un entretien aux Echos de mercredi, Trappier a affiché sa confiance dans les chances du Rafale au Canada, face aux rivaux américains si ce pays décidait de lancer un appel d'offres pour des avions de combat. Le nouveau PDG, ingénieur de formation, devra également réussir le lancement, attendu au printemps, du prochain avion d'affaires, le SMS, sur lequel Dassault conserve le plus grand secret.

Trappier recevra dès mercredi les syndicats, qui vont rencontrer pour la première fois ce patron spécialiste des contacts avec l'étranger, a indiqué un délégué syndical. «La feuille de route de Dassault, c'est la continuité totale», a déjà annoncé Trappier à l'occasion de la présentation du Neuron, un démonstrateur technologique qui préfigure un drone de combat européen.

Charles Edelstenne, PDG depuis 2000 et qui atteint mercredi la limite d'âge de 75 ans, a ajouté qu'il n'avait pas de conseil à donner au successeur qu'il s'est choisi, parce qu'il «est programmé pour ce job».