Les vingt-six magasins dela marque ont-ils encore un avenir ?

— 

La direction de la chaîne de produits culturels, Virgin Stores, se débat avec de lourdes difficultés financières depuis quatre ans. Elle annonce qu'elle déposera son bilan ce mercredi, confirmant une information des syndicats. Le sort des 1 200 employés répartis dans les 26 magasins de l'Hexagone appartient désormais à l'éventuel repreneur qui rachèterait l'enseigne à la barre du tribunal de commerce. En l'absence de candidat, Virgin Mégastore risque la liquidation, c'est-à-dire la disparition de l'entreprise. Victime de l'érosion des marchés du disque et du DVD, et de la concurrence des grands acteurs du Web (Apple, Amazon), Virgin a-t-il tout simplement un avenir sur notre sol ? « Il est trop tard, affirme Philippe Moati, de l'Observatoire société et consommation. Virgin aurait dû développer un réseau de petits magasins, s'implanter en périphérie et se lancer de manière volontariste dans l'e-commerce. » Seul un repreneur qui ferait de la marque « tout autre chose » semble envisageable. « La Fnac ? Pas absurde, mais ils n'y ont pas grand intérêt », conclut-il. ■ bertrand de volontat