La Grèce «fait d'énormes efforts» affirme Samaras

CRISE Le Premier ministre grec Antonis Samaras a affirmé mardi à Berlin que la Grèce faisait «d'énormes efforts» pour sortir de la crise, lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel...

avec AFP

— 

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a affirmé mardi à Berlin que la Grèce faisait "d'énormes efforts" pour sortir de la crise, lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel.
Le Premier ministre grec Antonis Samaras a affirmé mardi à Berlin que la Grèce faisait "d'énormes efforts" pour sortir de la crise, lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel. — John Macdougall afp.com

Le Premier ministre grec Antonis Samaras a affirmé mardi à Berlin que la Grèce faisait «d'énormes efforts» pour sortir de la crise, lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel.

«Notre pays fait d'énormes efforts qui s'accompagnent d'un grand nombre de sacrifices pour remettre les choses sur le bon chemin», a déclaré M. Samaras lors d'une conférence de presse commune avec Mme Merkel.

«Nous tentons d'être à nouveau crédibles, tant vis-à-vis des peuples en Europe que des marchés», a-t-il ajouté.

M. Samaras devait participer mardi, tout comme la chancelière, à un forum économique organisé par le quotidien allemand Die Welt à Berlin. Les deux dirigeants ont profité de cette occasion pour avoir un «échange informel» à la chancellerie.

Le Premier ministre grec a souligné que la Grèce «souffre beaucoup du chômage qui touche notamment les jeunes».

Tout en affirmant avoir mis en oeuvre un ensemble de «mesures systématiques», M. Samaras a assuré faire «ce qu'il y a de mieux pour ramener les choses dans l'ordre et avant tout garantir nos financements», une nécessité cruciale selon lui «pour un bon fonctionnement de l'économie».

«Ajouté aux investissements, il s'agit des deux grands éléments qui sont essentiels pour notre pays», a-t-il poursuivi.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré se réjouir d'avoir une occasion de faire le point avec son homologue sur la mise en oeuvre des réformes en Grèce, exigées par les créanciers internationaux en échanges d'une aide financière.

La zone euro a repris en décembre les versements des prêts à Athènes, après que le pays a adopté un nouveau projet de rigueur pour 2013.

La Grèce a ainsi pu bénéficier de 34 milliards d'euros de la zone euro sur les 49 milliards prévus, tandis que le FMI devrait décider en janvier sur le versement de sa part, qui s'élève à près de 3 milliards.

Selon le calendrier, la Grèce attend une tranche de 9,2 milliards d'euros en janvier et deux tranches de 2,8 milliards chacune en février et mars.