Espagne: Madrid veut moins emprunter sur les marchés en 2013

CRISE Après une année marquée par une grande défiance des investisseurs, l'Espagne prévoit en 2013 d'emprunter un montant brut d'entre 215 et 230 milliards d'euros, soit moins que les 249,635 milliards empruntés en 2012...

avec AFP

— 

Après une année marquée par une grande défiance des investisseurs, l'Espagne prévoit en 2013 d'emprunter un montant brut d'entre 215 et 230 milliards d'euros, soit moins que les 249,635 milliards empruntés en 2012, a annoncé mardi le ministère de l’Économie.
Après une année marquée par une grande défiance des investisseurs, l'Espagne prévoit en 2013 d'emprunter un montant brut d'entre 215 et 230 milliards d'euros, soit moins que les 249,635 milliards empruntés en 2012, a annoncé mardi le ministère de l’Économie. — Dominique Faget AFP

Après une année marquée par une grande défiance des investisseurs, l'Espagne prévoit en 2013 d'emprunter un montant brut d'entre 215 et 230 milliards d'euros, soit moins que les 249,635 milliards empruntés en 2012, a annoncé mardi le ministère de l’Économie.

«Avec ces objectifs, le Trésor affronte 2013 dans des conditions plus confortables que lors de l’exercice passé, si l'on considère en plus l'amélioration des conditions du marché depuis le début de l'année», affirme le ministère dans un communiqué.

Le programme de financement du Trésor espagnol, dévoilé mardi, prévoit 121,318 milliards d'euros bruts en émissions à moyen et long termes.

Les besoins nets de financement du Trésor, c'est-à-dire sans compter le refinancement des emprunts déjà émis, s'élèvent à 71 milliards d'euros en 2013, dont 59 milliards en émission à moyen et long termes.

Ce montant inclut 23 milliards d'euros destinés à alimenter le Fonds d'aide aux régions (FLA), dont certaines, fortement endettées, comme la Catalogne, ont dû faire appel à Madrid pour surmonter leurs problèmes de financement. Il comprend également les 3,809 milliards d'euros que l'Espagne apportera au Mécanisme européen de stabilité (Mes).

Suscitant la méfiance des marchés, l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, a été secouée par de très fortes tensions en 2012, la pression ayant atteint des niveaux record durant l'été, lorsque beaucoup pensaient que le pays serait forcé de demander le sauvetage de son économie.

Mais l'annonce par la Banque centrale européenne (BCE) en septembre du lancement d'un instrument de rachat de dette souveraine sur le marché secondaire, où s'échange les titres de dette déjà émis par les Etats, a contribué à détendre la pression pesant sur les obligations espagnoles.