Italie: Le taux de chômage stable en novembre à 11,1%

EMPLOI Le taux de chômage en Italie est resté stable en novembre à 11,1% de la population active...

avec AFP

— 

Le taux de chômage en Italie est resté stable en novembre à 11,1% de la population active, un niveau record atteint le mois précédent, selon une estimation provisoire publiée mardi par l'Institut national des statistiques italien (Istat).
Le taux de chômage en Italie est resté stable en novembre à 11,1% de la population active, un niveau record atteint le mois précédent, selon une estimation provisoire publiée mardi par l'Institut national des statistiques italien (Istat). — Anna Monaco afp.com

Le taux de chômage en Italie est resté stable en novembre à 11,1% de la population active, un niveau record atteint le mois précédent, selon une estimation provisoire publiée mardi par l'Institut national des statistiques italien (Istat).

Ce taux est le plus élevé depuis janvier 2004, date à laquelle l'Istat a commencé à publier des statistiques mensuelles sur cet indicateur. Le taux de chômage de novembre est en hausse de 1,8 point de pourcentage sur une base annuelle, précise le communiqué.

Il est cependant légèrement inférieur aux attentes des économistes qui tablaient sur une nouvelle hausse du taux à 11,2%. «Le cycle (conjoncturel) va continuer à peser sur les perspectives d'emploi en 2013 et le chômage devrait atteindre un pic de 11,6% pendant l'été», estiment les analystes de la banque Intesa Sanpaolo.

Selon des données corrigées des variations saisonnières, le nombre de personnes à la recherche d'un emploi s'est élevé à 2,870 millions en novembre dans le pays, en baisse sur un mois (-2.000 personnes) et en hausse de 21,4% sur un an (+507.000 personnes), indique Istat.

Chez les jeunes de 15-24 ans, le taux de chômage s'établit à 37,1% en novembre (641.000 personnes), soit 0,7 point de pourcentage de plus qu'en octobre et 5 points de plus qu'il y un an.

Le chômage a fortement progressé en Italie depuis l'été 2011, période où l'économie du pays, empêtrée dans la crise de la dette et plombée par des plans d'austérité à la chaîne destinés à rassurer les marchés, a commencé à se contracter. Le gouvernement espère une reprise de la croissance courant 2013.