Pourquoi les soldes ont du plomb dans l'aile

DISTRIBUTION Les achats malins sur Internet affaiblissent la période de promotion hivernale...

Céline Boff

— 

Des salariés d'Ebay travaillent à Paris, le 1er juillet 2008.
Des salariés d'Ebay travaillent à Paris, le 1er juillet 2008. — AFP PHOTO JACQUES DEMARTHON

Des rabais de - 50 à - 70 % dès mercredi, début des soldes d'hiver… Les commerçants devraient mettre le paquet pour séduire les consommateurs. Qui ont prévu de dépenser moins : autour de 220 euros, selon plusieurs études, contre plus de 240 euros en 2012. Les Français veulent surtout acheter utile : d'après Ipsos, 34 % profiteront de ces soldes non pas pour se faire plaisir, mais pour combler des besoins. Un chiffre qui grimpe à 52 % dans l'étude Ifop.

Obnubilés par l'achat malin, les Français sautent sur les soldes flottants, les ventes privées et les prix cassés sur Internet, qui viennent affaiblir les traditionnels soldes. Une autre tendance les titille aussi : l'occasion. «Même si la part de ce marché est encore limitée, elle répond à l'enjeu des soldes : acheter moins cher», avance Pascale Hébel, du Crédoc, centre spécialisé dans l'observation des conditions de vie.

«Les jeunes se fichent d'acheter neuf»

L'occasion est dopée par la crise et par Internet (Le Bon Coin, eBay, etc.). D'après une étude de l'Observatoire société et consommation (Obsoco), 60 % des Français ont acheté en 2012 au moins un article d'occasion. Pour autant, «tout le monde n'est pas prêt à utiliser des chaussures déjà portées par un autre», note Pascale Hébel. Les moins de 40 ans sont les plus perméables : «Les jeunes se fichent d'acheter neuf, ils préfèrent avoir davantage. Ce n'est pas le cas des plus âgés.» Reste que ce changement de culture exige de la qualité. «Les fabricants doivent le prendre en compte : les jeunes achèteront plus facilement des objets neufs de valeur s'ils savent qu'ils pourront les revendre facilement», argue Pascale Hébel.

Pour Philippe Moati, de l'Obsoco, si «l'occasion n'est pas encore de nature à affaiblir les soldes, ce marché progresse. Et les enseignes de prêt-à-porter pourraient bien en venir à créer des rayons d'occasion, comme l'a déjà fait la Fnac pour les produits culturels.» Et même, pourquoi pas, à proposer des soldes sur ces occasions…