L'Espagne rappelle à la Bolivie l'importance de la «sécurité juridique» des investisseurs

Avec AFP

— 

Le gouvernement espagnol "regrette" la décision de la Bolivie de nationaliser quatre filiales détenues par le groupe énergétique Iberdrola, et rappelle à ce pays l'importance de "la sécurité juridique" pour les investissements à l'étranger.
Le gouvernement espagnol "regrette" la décision de la Bolivie de nationaliser quatre filiales détenues par le groupe énergétique Iberdrola, et rappelle à ce pays l'importance de "la sécurité juridique" pour les investissements à l'étranger. — Jorge Bernal afp.com

Le gouvernement espagnol «regrette» la décision de la Bolivie de nationaliser quatre filiales détenues par le groupe énergétique Iberdrola, et rappelle à ce pays l'importance de «la sécurité juridique» pour les investissements à l'étranger. «La sécurité juridique est une exigence indispensable pour tout investissement étranger en Bolivie», déclare le ministre espagnol de l'Industrie, José Manuel Soria, dans un entretien au quotidien ABC publié dimanche.

Une expression également reprise par le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué publié samedi soir. «Je regrette cette décision prise sans en informer préalablement les autorités espagnoles, qui ont été surprises par cette mesure», ajoute José Maria Soria. Tout comme Iberdrola samedi, les autorités espagnoles appellent la Bolivie à payer «une indemnisation juste» au groupe espagnol.

Le président bolivien Evo Morales a annoncé samedi la nationalisation des compagnies d'électricité Electropaz, installée à La Paz, et Elfeo, située à Oruro, toutes deux appartenant à Iberdrola, et des entreprises de services Cadeb et Edeser. Evo Morales a promis une indemnisation juste à la compagnie espagnole.