L'homme d'affaires Bernard Arnault pourrait ne pas devenir belge

POLEMIQUE L'Office des étrangers a émis un avis négatif à sa demande de naturalisation…

M.B.

— 

Bernard Arnault, président de LVMH, le 5 avril 2012, à Paris.
Bernard Arnault, président de LVMH, le 5 avril 2012, à Paris. — PRM/SIPA

Alors que l’installation coup sur coup de Bernard Arnault et de Gérard Depardieu en Belgique a relancé le débat sur l’exil fiscal depuis l’arrivée au pouvoir des socialistes, la décision de l'Office des étrangers pourrait refroidir certains candidats au départ. La première fortune de France qui avait en effet formulé une demande de naturalisation, selon certains afin de diminuer les droits de succession, a vu celle-ci rejetée. 

«Demande probablement recalé»

«L’organisme dont l'avis est requis pour les demandes de naturalisation a envoyé un avis négatif à la commission parlementaire chargée de l'examen de son dossier», explique Le Monde. Celle-ci doit aussi obtenir un rapport des services de renseignement et du parquet général. Mais avec ce premier revers risque, la demande du patron de LVMH  «sera dès lors probablement recalé», affirme le site Internet du quotidien.

La position de l'Office des étrangers aurait été envoyée  il y a trois semaines aux députés. «Il constate que M. Arnault n'est pas établi depuis trois ans au minimum en Belgique et ne satisfait donc pas au premier des critères requis pour obtenir la nationalité», selon Le Monde.

«Un feu vert immédiat semble désormais hautement improbable», estime le quotidien De Morgen. Mais tout n’est pas perdu. En effet, dans dix jours la loi belge sera plus souple.

«En aidant, via sa fondation, des institutions culturelles belges de haut niveau, le patron français pourrait peut-être, justifier une naturalisation, estiment certains spécialistes», conclut l’article du Monde.