Michel Sapin se veut rassurant sur le contrat de génération

Reuters

— 

Le contrat de génération, dispositif d'aide publique aux entreprises pour garder les salariés âgés et embaucher des jeunes, sera financé sans léser les entreprises, a déclaré jeudi le ministre du Travail Michel Sapin.

L'annonce que ce dispositif serait financé sur les 20 milliards d'euros prévus pour le «pacte de compétitivité», un plan d'allégement d'impôts pour les entreprises, a suscité la surprise mercredi.

Michel Sapin a souligné sur Radio Classique que la mesure, qui doit entrer en vigueur au printemps, résultait d'un document négocié par les partenaires sociaux et assuré que les sociétés ne seraient pas lésées.

Financement via des économies supplémentaires

«Il n'est pas exact que l'on retirera aux entreprises une somme. Non, on en rajoute une qui est celle du contrat de génération qui est extrêmement ciblé, extrêmement conditionné», a-t-il dit.

Le coût en vitesse de croisière pour l'Etat sera d'un milliard d'euros par an, mais en 2013 il ne coûtera selon le ministre que 200 millions d'euros environ. «J'en fais mon affaire», a-t-il assuré.

Il a évoqué un travail d'économies sur le budget de l'Etat, de la Sécurité sociale et des collectivités locales.

>> Les zones d'ombres du contrat de génération

Le contrat de génération, promesse phare de François Hollande, est censé endiguer le chômage qui a une nouvelle fois bondi en France au mois d'octobre, augmentant pour le 18e mois consécutif et atteignant son plus haut niveau depuis avril 1998 avec 3.103.300 personnes en catégorie A.