Montebourg et le Brésil contre les "pratiques prédatrices" venues d'Asie

© 2012 AFP

— 

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et son collègue brésilien de l'Industrie, Fernando Pimentel, veulent protéger leurs économies "face aux excès d'une économie prédatrice" venue d'Asie, lors d'une conférence mardi au siège du Medef.
Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et son collègue brésilien de l'Industrie, Fernando Pimentel, veulent protéger leurs économies "face aux excès d'une économie prédatrice" venue d'Asie, lors d'une conférence mardi au siège du Medef. — Jacques Brinon afp.com

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et son collègue brésilien de l'Industrie, Fernando Pimentel, veulent protéger leurs économies "face aux excès d'une économie prédatrice" venue d'Asie, lors d'une conférence mardi au siège du Medef.

"Nous devons chercher l'ouverture économique, mais cela ne signifie pas accepter des pratiques prédatrices dans le commerce international comme nous avons l'habitude de voir en provenance d'Asie", a affirmé le ministre brésilien, avant un discours de la présidente Dilma Rousseff.

Il a ainsi rejeté les accusations de protectionnisme lancées contre le Brésil, notamment par le Premier ministre britannique David Cameron en septembre dernier lors d'une visite au Brésil.

M. Montebourg, qui a également été accusé de protectionnisme ces derniers mois, a saisi la balle au bond, en prenant la parole juste après son collègue brésilien.

"Comme vous, autant nous sommes hospitaliers pour tous les projets de long terme, autant nous souhaitons protéger l'économie européenne des excès d'une économie prédatrice, que vous avez parfaitement identifiée", a-t-il affirmé à la tribune.

La présidente Rousseff, qui a effectué une visite de deux jours en France, a appelé à renforcer les liens entre les deux pays, tout en critiquant les politiques d'austérité.