Ménages: Les taxes et impôts leur coûteront 20 milliards de plus

FISCALITE Entre les hausses d'impôts directs et indirects, les foyers français vont devoir payer 20 milliards d'euros supplémentaires en 2016...

C.B.

— 

Le budget 2013 prévoit une hausse de 25% des recettes de l'impôt sur le revenu par rapport à 2012.
Le budget 2013 prévoit une hausse de 25% des recettes de l'impôt sur le revenu par rapport à 2012. — GILE MICHEL/SIPA

Combien d’impôts supplémentaires les ménages français vont-ils payer? Alors que le budget 2013 devrait être adopté autour du 20 décembre, le quotidien économique Les Echos fait le point sur les hausses déjà décidées par le gouvernement, depuis son installation en mai dernier. 

Prochaine hausse de la TVA 

Côté imposition, entre la réforme de l’impôt sur la fortune et celle de l’impôt sur le revenu, la taxation des revenus du capital ou encore la lutte contre la fraude fiscale, Bercy s’attend à récupérer 15 milliards d’euros de plus en 2013.  Un chiffre «qui englobe, ce qui peut être contestable, les hausses de prélèvements sociaux des travailleurs indépendants dans la partie ménages», note le quotidien. 

A ces impôts directs, il faut ajouter la prochaine hausse de la TVA. Qui débutera en 2014 et devrait se traduire par une ressource supplémentaire pour l’Etat de 7 milliards d’euros. Reste à savoir dans quelles mesures cette augmentation sera répercutée sur les prix. En 2016 sera par ailleurs lancée la fiscalité verte. Bénéfice attendu par le gouvernement: 3 milliards. Qui devraient surtout incomber aux entreprises. Mais pas que.  Ainsi, pour les ménages, les hausses globales des impôts devraient se traduire par une augmentation des prélèvements d’un peu plus de 20 milliards d’euros en 2016.

Les ménages les plus concernés

Mais qui va payer? D’après le gouvernement, ce sont surtout les classes les plus aisées qui seront mises à contribution. Elles sont en effet directement touchées par la progressivité renforcée de l’impôt sur le revenu, la taxation à 75% sur les revenus de plus d’un million d’euros, la hausse de l’ISF ou encore le relèvement des prélèvements sur les deux dernières tranches des droits de succession.

Mais les classes moyennes et modestes ne seront pas épargnées. La hausse de la TVA aura en effet une répercussion sur le porte-monnaie de tous les consommateurs. L’augmentation de la CSG sur les revenus du patrimoine, votée par le précédent gouvernement mais maintenue par François Hollande, va également impacter bien des ménages. Quant à la fin de l’exonération de charges sur les heures supplémentaires, elle va représenter un manque à gagner de 2,7 milliards pour les salariés concernés.