Pétrole: Les prévisions de demande mondiale sont relevées

CONSOMMATION L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a relevé légèrement mercredi ses prévisions pour la demande mondiale de pétrole en 2012 et 2013...

avec AFP

— 

L'Agence internationale de l'énergie (AIE), bras énergétique des pays riches, a légèrement relevé mercredi ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013, mais reste prudente face à une croissance mondiale toujours "tiède" l'an prochain.
L'Agence internationale de l'énergie (AIE), bras énergétique des pays riches, a légèrement relevé mercredi ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013, mais reste prudente face à une croissance mondiale toujours "tiède" l'an prochain. — Alfredo Estrella afp.com

L'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui regroupe les grands pays consommateurs d'énergie, a relevé légèrement mercredi ses prévisions pour la demande mondiale de pétrole en 2012 et 2013, même si la croissance mondiale devrait rester "tiède" l'an prochain.

Dans son rapport mensuel de décembre, l'AIE table désormais sur une consommation de pétrole de 89,7 millions de barils (mbj) par jour en 2012 et 90,5 mbj en 2013, soit respectivement 70.000 et 110.000 barils de plus que ce qu'elle prévoyait en novembre.

"La demande mondiale devrait rester relativement molle au cours de l'année 2013, sur la base de l'estimation renouvelée d'une croissance économique mondiale tiède --sans ignorer les signes montrant que le sentiment économique en Chine est redevenu légèrement positif", estime l'AIE dans son rapport.

Ce diagnostic prudent se fait également malgré le rebond estimé de la demande au 4e trimestre 2012 (plus de 400.000 barils par jour supplémentaires, à 90,5 mbj), souligne l'agence internationale.

Selon l'AIE, les deux premiers trimestres de 2013 devraient ainsi retomber à 90,0 mbj et 89,5 mbj, avant un rebond de la demande aux troisième et quatrième trimestre (91,1 mbj et 91,6 mbj).

L'agence énergétique des pays riches, basée à Paris, avait surtout considérablement baissé ses prévisions de demande de pétrole fin 2011 et début 2012, ses estimations restant assez similaires depuis quelques mois malgré des petits ajustements mensuels à la hausse ou à la baisse.