Bourse: PSA bondit, la presse évoque une possible entrée de l'Algérie au capital

© 2012 AFP

— 

Le groupe PSA Peugeot Citroën a ouvert mercredi avec les organisations syndicales un cycle de négociations visant à leur faire partager sa vision stratégique et à renforcer le dialogue social pour redresser l'entreprise et préserver son ancrage en France, face à un marché en berne.
Le groupe PSA Peugeot Citroën a ouvert mercredi avec les organisations syndicales un cycle de négociations visant à leur faire partager sa vision stratégique et à renforcer le dialogue social pour redresser l'entreprise et préserver son ancrage en France, face à un marché en berne. — Joel Saget AFP

Le titre du français PSA Peugeot Citroën bondissait mercredi matin à la Bourse de Paris, soutenu par un article du site d'informations économiques Latribune.fr évoquant une possible entrée de l'Algérie au capital du constructeur automobile en difficulté.

A 09H26 (08H26 GMT), la valeur prenait 4,89% à 5,17 euros, tandis que l'indice CAC 40 perdait 0,10%.

"La hausse est liée à l'article de La Tribune. Au moment où un des grands problèmes du groupe est la situation défavorable de sa trésorerie, trouver un partenaire serait toujours appréciable", explique un vendeur d'actions parisien ayant requis l'anonymat.

Selon Latribune.fr, "l'idée d'une participation algérienne au capital du constructeur français commence à faire son chemin entre la France et l'Algérie".

"Le sujet a été évoqué lors de la visite de l'envoyé spécial du président (français) François Hollande pour les relations économiques entre les deux pays, Jean-Pierre Raffarin, lors de sa visite à Alger fin novembre", écrit le quotidien en ligne.

François Hollande, accompagné d'une importante délégation de ministres et d'hommes d'affaires, est attendu les 19 et 20 décembre en visite d'Etat en Algérie.

La hausse du titre PSA intervient également alors que le groupe envisage 1.500 départs naturels non remplacés d'ici à mi-2014, qui s'ajouteront aux 8.000 postes supprimés dans le cadre de sa restructuration annoncée en juillet, a-t-on appris mardi de sources syndicales.