Darty va se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas

DISTRIBUTION Le groupe Darty, propriétaire de l'enseigne française du même nom, a annoncé mercredi qu'il allait se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas...

avec AFP

— 

Le groupe Darty, propriétaire de l'enseigne française du même nom, a annoncé mercredi qu'il allait se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas, après avoir passé au peigne fin l'ensemble de ses activités dans le but de renouer avec la rentabilité.
Le groupe Darty, propriétaire de l'enseigne française du même nom, a annoncé mercredi qu'il allait se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas, après avoir passé au peigne fin l'ensemble de ses activités dans le but de renouer avec la rentabilité. — Pierre-Franck Colombier afp.com

Le groupe Darty, propriétaire de l'enseigne française du même nom, a annoncé mercredi qu'il allait se recentrer sur la France, la Belgique et les Pays-Bas, après avoir passé au peigne fin l'ensemble de ses activités dans le but de renouer avec la rentabilité.

A l'issue de sa "revue stratégique", le groupe britannique souligne que "la France, la Belgique et les Pays-Bas répondent à ces critères" de marchés stratégiques, "ce qui n'est pas le cas de nos activités en Italie, en Espagne, en République Tchèque et en Slovaquie".

"Notre expansion sur de nouveaux marchés européens s'est avérée infructueuse et coûteuse", juge le groupe dans son communiqué.

Darty, qui a déjà annoncé en novembre la cession de ses activités en Italie, ne précise pas quel sera le sort réservé à ces activités en Espagne, en République Tchèque et en Slovaquie, assurant seulement qu'il veut éliminer ses pertes sur ces marchés.

En Turquie, "la poursuite de nos activités (...) est toujours à l'étude", indique par ailleurs Darty.

Le groupe, qui fait face à des conditions de marché "difficiles" qui se sont "détériorées au cours des derniers mois", a toutefois réduit fortement sa perte nette sur le premier semestre achevé fin octobre à 8,1 millions d'euros contre 197 millions un an plus tôt.

Anciennement Kesa Electricals, le groupe a changé de nom cet été pour prendre celui de son enseigne française d'électroménager, d'électronique et d'informatique, "pépite" du groupe, après la cession fin 2011 pour une somme symbolique de sa branche britannique Comet qui plombait ses résultats.

Le groupe, qui avait accusé une perte de 313,9 millions d'euros sur l'exercice 2011/2012 clos fin avril à cause de Comet, avait décidé dans le même temps de commencer à passer au peigne fin ses activités afin de se redresser.