«J2M», actions et réactions

© 20 minutes

— 

Jean-Marie Messier contre-attaque. Il a démenti, hier, avoir vendu une partie de ses actions Vivendi Universal (VU) en 2002, alors qu’il dirigeait encore la multinationale. Il avait assuré, à l’époque, conserver ses titres, signe de sa confiance en la santé du groupe. Le rapport annuel de VU indique pourtant le contraire. Estimant que le document est erroné, « J2M » met en cause la banque du groupe, la BNP. Laquelle a démenti, hier, toute erreur de calcul.