Florange: ArcelorMittal et Matignon démentent l'abandon du projet Ulcos

INDUSTRIE Le groupe sidérurgique a invoqué des «difficultés techniques», selon l'Union européenne...

E.O. et C.P. avec AFP
— 
Le groupe ArcelorMittal a retiré le projet Ulcos pour le captage et le stockage du CO2 à son site de Florange dans l'Est de la France "à cause de difficultés techniques", a annoncé jeudi la Commission européenne.
Le groupe ArcelorMittal a retiré le projet Ulcos pour le captage et le stockage du CO2 à son site de Florange dans l'Est de la France "à cause de difficultés techniques", a annoncé jeudi la Commission européenne. — Jean-Christophe Verhaegen afp.com

Nouveau coup de tonnerre dans l'épineux dossier Florange qui secoue le gouvernement depuis plusieurs semaines. Selon les informations communiquées par la Commission européenne à l'AFP, le groupe ArcelorMittal vient en effet de retirer le projet Ulcos pour le captage et le stockage du CO2 à son site de Florange dans l'Est de la France «à cause de difficultés techniques».

«ArcelorMittal a informé la Commission qu'il retire le projet Ulcos à cause de difficultés techniques», a indiqué à l'AFP Isaac Valero, porte-parole de la Commissaire en charge du Climat Connie Hedegaard.

Un accord «toujours valable» selon Matignon

Une information aussitôt démentie par ArcelorMittal, qui assure que le retrait du dossier Ulcos à  Bruxelles ne signifie pas l'abandon du projet. «Ce qui a été annoncé par la Commission Européenne est en parfaite cohérence avec ce qui figure dans l’accord signé avec le gouvernement français», écrit le groupe dans un commuiqué.  «Cela ne signifie en aucun cas l’abandon du projet Ulcos. Cela signifie qu’aujourd’hui, dans l’état actuel des recherches, étant données les difficultés techniques rencontrées, le projet Ulcos remis dans le cadre de l’appel d’offre NER 300 – phase 1 – ne peut être mis en place».

De son côté, Matignon a indiqué que l'accord passé avec Mittal était «toujours valable» et qu'ArcelorMittal s'était engagé à poursuivre les travaux d'Ulcos».

ArcelorMittal a «enfumé tout le monde», a aussitôt réagi Edouard Martin, le charismatique représentant CFDT des salariés de Florange, pour qui cette annonce signe «l'arrêt de mort de la filière liquide».  «Arcelor ment, et nous entube sur Ulcos», a estimé le député PS de Moselle Michel Liebgott, sur BFMTV.

Un arrêt définitif des deux hauts fourneaux plus rapide?

Cette annonce tombe à quelques jours de la décision de l'UE sur le financement du projet et alors que le site de Florange était le mieux placé pour décrocher projet Ulcos pour «Ultra-Low Carbon Dioxide Steelmaking», un programme de recherche européen visant à mettre au point un procédé de captage et de stockage de dioxyde de carbone (CO2).

Face aux inquiétudes des syndicats sur l'arrêt de l'approvisionnement en gaz des hauts fourneaux, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait assuré la semaine dernière qu’ArcelorMittal s’était engagé à ne pas couper les hauts fourneaux et à les maintenir en état en attente de l’attribution éventuelle d’une partie du financement du projet Ulcos. Avec le retrait de la candidature de Florange, l'arrêt définitif pourrait être plus rapide qu'annoncé.

>> Le projet Ulcos peut-il vraiment sauver Florange?