La France très en retard sur l'intégration de ses immigrés, selon l'OCDE

IMMIGRATION L'OCDE, l’Organisation de développement et de coopération économique, a rendu son étude sur les indicateurs sur l'intégration des immigrés et de leurs enfants...

B. de V.

— 

Les chefs d'Etat et de gouvernement du G20 doivent "impérativement" adopter jeudi et vendredi des "mesures énergiques" pour "rétablir la confiance", a déclaré lundi l'OCDE dans une note de synthèse publiée en prévision du sommet de Cannes (sud-est de la France).
Les chefs d'Etat et de gouvernement du G20 doivent "impérativement" adopter jeudi et vendredi des "mesures énergiques" pour "rétablir la confiance", a déclaré lundi l'OCDE dans une note de synthèse publiée en prévision du sommet de Cannes (sud-est de la France). — Jean Ayissi afp.com

Voilà la copie rendue par l’OCDE: si la France a tout de même 11% de sa population née à l'étranger contre 9% seulement en moyenne dans les pays de l’OCDE, qui abritent 110 millions d'immigrés, elle se positionne néanmoins en 15e position. En cause notamment, un taux de pauvreté des étrangers installés chez elle, de 21,1% contre 17,3% en moyenne pour les immigrés de l'OCDE. Et leur taux de chômage était de 14,5% en 2010 contre 11,9% en moyenne.

Tous les marqueurs dans le rouge

Pire encore, les inégalités sont plus marquées dans l'Hexagone: le taux de pauvreté des immigrés y est quatre fois supérieur à celui de la population majoritaire, alors que ce rapport n'est que de un sur deux en moyenne dans l'OCDE.

58% des personnes nées à l'étranger sont en situation d'emploi (66% des hommes et 50% des femmes), un pourcentage inférieur à la moyenne de l'OCDE.  Cette population dispose en moyenne d'un niveau d'éducation moins élevé que dans la moyenne des pays de l'OCDE, avec 24% de diplômés du supérieur contre 31% dans l'OCDE.

Pour les auteurs de l'étude, le succès des descendants d'immigrés «constitue bien souvent la référence de toute intégration réussie de leurs parents». Là encore, la France ne brille guère. Leur taux de chômage est de 15,6 % en France contre 13,8 % en moyenne dans l'OCDE.

Enfin, le revenu médian des ménages immigrés en France se situe dans la moitié inférieure des pays de l'OCDE et son niveau est inférieur de 31% à celui des natifs (contre -21% en moyenne dans les pays de l'OCDE). 21% des personnes vivant dans un ménage immigré vivent avec un revenu sous le seuil de pauvreté, contre une moyenne de 17% dans les pays de l'OCDE.