Villepin lâche du lest sur le pouvoir d'achat

©2006 20 minutes

— 

Le Premier ministre a annoncé une hausse de la prime pour l'emploi (PPE), hier, soucieux de ne pas sembler en reste sur la question du pouvoir d'achat des Français, à moins d'un an de l'élection présidentielle. Le montant maximal de ce crédit d'impôt, dont bénéficient 8,8 millions de foyers fiscaux, passera de 714 e cette année à 940 e en 2007, au lieu des 809 e prévus. Par rapport à 2005, cela représente un doublement de la PPE pour les smicards, soit presque « un treizième mois », a souligné Dominique de Villepin, invité au journal télévisé de TF1. Selon Les Echos, cette rallonge augmente de 500 millions d'euros le budget de la PPE, qui franchira ainsi la barre des 4 milliards d'euros.

Outre un pied de nez aux socialistes, qui ont inventé cette prime pour les bas salaires, le gouvernement peut désormais se targuer d'avoir répondu aux syndicats, très remontés contre la dégradation du pouvoir d'achat et critiques sur la baisse du chômage. Car Villepin a satisfait une autre de leurs revendications en confirmant le lancement en janvier du chèque transport. Certes, son montant est moins important que les 360 e espérés. Il sera de 200 e si le salarié utilise les transports en commun et de 100 e s'il se rend au travail en voiture. Et il ne sera pas obligatoire. Les entreprises seront toutefois incitées à l'adopter car l'Etat en paiera la moitié. Enfin, Villepin a promis des annonces sur la sécurité de l'emploi jeudi.

Angeline Benoit